Accueil Jeux Vidéo JulienTellouck.com remporte le tournoi presse de PES 2013

JulienTellouck.com remporte le tournoi presse de PES 2013

PARTAGER

Gaël Clichy, né en juillet 1985, évolue désormais sous les couleurs de Manchester City après 8 saisons à Arsenal. Vainqueur de la Premiere League au printemps dernier, le latéral gauche restera surtout dans nos mémoires pour son active participation et son immense aide virtuelle au tournoi presse de PES 2013.

Nous voici donc jeudi 20 septembre près de Bastille pour la soirée de lancement de PES 2012 où a lieu le traditionnel tournoi presse et un autre destiné aux joueurs de la communauté PES. Inutile de faire durer le suspense puisque le titre l’indique, nous nous sommes octroyés ce titre, mais non sans difficulté.

Les règles sont simples: 32 journalistes/bloggeurs foot ou jeux vidéo s’affrontent dans un tournoi débutant directement en phase finale. Chacun est libre de prendre l’équipe de son choix, 5 minutes le match jusqu’aux 1/2 finales, puis 10 minutes la rencontre. N’étant pas forcément fan des clubs ibériques, et ayant toujours apprécié Tevez, le fantasque Balotelli ou bien ses supporteurs de choc comme les frères Gallagher, je, en tant que représentant de JulienTellouck.com, décide de faire confiance à Manchester City, une équipe capable de s’imposer physiquement ou bien de faire la différence en contre avec ses rapides attaquants.

Il serait juste de préciser que j’avais sans doute un petit avantage par rapport à certains concurrents puisque je possédais depuis la veille un exemplaire de PES 2013, en vue d’un test programmé ce week-end. Quelques matchs contre le CPU m’avaient donc permis de me familiariser avec les quelques nouveautés du soft et de remarquer qu’à 35m dans l’axe, la balle s’écrase souvent sur la barre. Alors peut être qu’en étant légèrement décalé… Cependant, l’épisode 2012 ne m’ayant pas vraiment convaincu, ça faisait un bon petit moment que je n’avais pas retouché à un PES.

Je ne sais pas s’il faut croire aux signes, mais lors de l’un de mes 3 matchs amicaux contre mon cher camarade JohnCouscous, notre cher Frenchie Gaël Clichy avait décroché une frappe de 50 mètres, venue se loger dans le petit filet opposé d’une cage tristement vide suite à une sortie très hasardeuse de son gardien hors de sa surface. De là à imaginer qu’il allait récidiver deux fois au cours de la soirée…

Le tournoi débute dès les 16è de finale donc, et par une petite victoire 2-0. Un bon résultat, moi qui voulais simplement éviter de passer à la trappe dès le premier tour. Et une fois ce match-test passé, autant essayer d’aller jusqu’au bout. La deuxième rencontre est bien plus difficile, voire même LA plus difficile. Dominé dans le jeu, je ne dois mon salut qu’à une erreur défensive de mon adversaire, cette traditionnelle passe dans l’axe entre deux défenseurs contra laquelle peste tous les commentateurs sportifs. Un à zéro donc, mais le plus dur est véritablement de résister, surtout lorsque mon adversaire a décidé de jouer avec 6 joueurs à vocation offensive. Certes, ça libère de la place derrière, mais il faut déjà récupérer la balle.

Les quarts de finale se déroulent très bien avec un 3-0. Efficace. Mais on retiendra surtout ce cher Gaël Clichy, prêt à tout pour devenir la nouvelle mascotte du site, qui n’hésite pas à prendre sa chance de 30 mètres. Et oui, légèrement désaxé, ça ne s’écrase pas sur la barre, mais ça termine au fond! La demi-finale est quant à elle très disputée avec beaucoup d’actions de chaque côté pour simplement terminer sur un 0-0 au bout des 120 minutes. L’épreuve des tirs-au-but s’offre à nous. Je rate le premier, il rate le dernier. Entre temps, j’arrête son troisième (je crois). Les portes de la finale me sont ouvertes suite à un pile ou face où, après avoir roulé sur la tranche, la pièce m’est favorable. Nous méritions sans doute tous les deux, cette fois-ci, ça tombe sur moi. Tant mieux après tout!

La finale. Manchester City – Barcelone. Les emblématiques sièges rouges de la PES League ont fait le déplacement et nous nous y installons. Même si je ne développe clairement pas le plus beau style de jeu —j’ai tendance à éviter de prendre des risques et donc de tout balancer en attaque—, je me crée pas mal d’occasions comme le confirment mes 2 poteaux ou mes trop nombreux face-à-face ratés avec le gardien. La finition n’est véritablement pas mon fort. Mais la libération vient de Tevez qui ne rate pas son plat du pied. Une joie de courte durée puisque suite à une mauvaise relance, l’égalisation surgit brusquement. Fin du temps réglementaire. Les deux poteaux me font simplement dire que la chance a tourné. Ce n’est pas grave. Il faut persister. Et s’en remettre à notre nouvelle idole: Gaël Clichy. Ce dernier a la balle. Il est totalement esseulé. Il est à 35 mètres. C’est trop tentant. Tel Andrea Pirlo, le Français décroche une frappe magistrale du gauche. Le gardien est comme convenu légèrement avancé. Il se fait lober. 2-1. Je prends la tête. Le but du 3-1 arrive rapidement: Tevez enchaîne une feinte de frappe puis d’un classique ‘trois fois rond, Dzeko, rentré à la place de Balotelli, met la balle au fond. Les dernières secondes du match seront plus tendues avec mon adversaire qui réduit la marque juste avant le coup de sifflet final.

Le score final est donc de 3-2, JulienTellouck.com remporte son premier trophée suite à un tournoi presse. Un événement qui, on l’espère, se reproduira à l’avenir, mais chaque chose en son temps. D’abord le premier tour, puis, on voit.

http://www.youtube.com/watch?v=xdCrZfTkG1c

Merci à Konami pour l’invitation et l’organisation, et à l’avatar virtuel de Gaël Clichy. Mes plus plates excuses à mes adversaires dont je ne connais pas les prénoms. 

3 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here