PARTAGER

On continue encore et encore nos tests de jeux en réalité virtuelle pour le PlayStation VR. Cette fois-ci, nous nous intéressons à l’expérience Jackal Assault de Call Of Duty: Infinite Warfare et RIGS: MCL de Guerrilla Cambridge, les créateurs du très bon Killzone Mercenary sur PSVita.

RIGS: MECHANIZED COMBAT LEAGUE
  • Genre: Des Mechas qui jouent au football américain
  • Intérêt de la VR: Elevé
  • Gerbomètre: Elevé (nécessite un bon temps d’adaptation)
  • Accessoires: Manette Dualshock 4
  • Poids: 20,2Go

Il y a les titres comme PlayStation VR Worlds qui ont pour mission de montrer les bienfaits de la Réalité Virtuelle en multipliant les expériences plus ou moins convaincantes, puis il y a des jeux comme RIGS qui entendent proposer quelque chose de plus complet, une aventure sur le long terme. On serait même tenté d’employer le mot de Blockbuster tant on sent que Guerrilla a hérité d’un budget important afin de proposer un jeu très immersif à la finition remarquable. Que ce soit dans l’interface, la bande-son, l’ambiance générale avec les mini-cinématiques, la direction artistique ou tout simplement le rendu visuel, tout a été parfaitement peaufiné. Cela se retrouve aussi au niveau du design du jeu, avec un gameplay réfléchi et des maps très étudiées, sans oublier un tuto’ interminable mais très complet.

RIGS prend la forme d’un jeu de sport du futur où deux équipes doivent marquer le plus de points possible dans des arènes de taille moyenne. Chaque camp est composé de 3 joueurs, tous aux commandes d’un mecha, les fameux RIGS. On en recense au total une vingtaine, tous répartis dans 4 classes différentes et 6 catégories qui offrent des armes et des compétences variées. Il y a ainsi les RIGS capables d’effectuer un double saut, ceux qui se faufilent dans des espaces réduits, ceux qui endossent le rôle de tank, ou bien ceux qui peuvent rester dans les airs quelques secondes. Au niveau des capacités, certains RIGS explosent après avoir été vaincus, d’autres gagnent des points de vie à chaque frag, ou bien ont un bouclier dans le dos.

Ces exosquelettes sont à acheter avec une monnaie virtuelle —le jeu est plutôt généreux dans ce domaine— dans l’ordre que l’on souhaite, histoire de mettre tout le monde sur le même pied d’égalité. La grande variété de RIGS permet de rendre le jeu un peu plus stratégique alors que 3 modes sont disponibles: le Team Deathmatch hyper classique, le Power Ball qui demande de rentrer en Overdrive (en fraggant ou en récupérant des orbes) puis de passer à travers un énorme cerceau, et le Endball qui rappelle le football américain puisqu’il s’agit de récupérer un ballon, de le passer à ses coéquipiers, et de le placer dans les buts adverses.

Il faut donc bien veiller à choisir le bon RIGS suivant le mode de jeu, mais aussi suivant le choix fait par les deux coéquipiers. Malgré la présence d’un solo —ou plutôt d’un championnat offline à faire avec des bots—, le titre de Guerrilla est avant tout tourné vers le jeu en ligne et la compétition; mieux vaut donc faire équipe avec des amis pour une meilleure organisation, jouer avec des inconnus pouvant parfois être quelque peu chaotique. RIGS pêche néanmoins sur deux points. Il y a tout d’abord ce contenu assez limité avec seulement 4 maps, puis il y a ce gameplay qui se révèle trop carré et qui manque de tranchant. Les déplacements peuvent ainsi se révéler de temps en temps un peu patauds. RIGS aurait sans doute mérité un gameplay plus rapide, tout en tirant profit de ces longues rampes qui donnent envie de prendre de la vitesse et de multiplier pourquoi pas les trickjumps. Les affrontements armés sont quant à eux très souvent pénalisés par un auto-lock très tenace, ce qui enlève en quelque sorte tout notion de skill. C’est d’autant plus étrange que la visée est normalement très précise puisqu’elle se fait en bougeant simplement la tête et non avec le stick droit.

Sortir gagnant d’un affrontement contre un autre joueur est alors lié à la présence d’un allié, d’un meilleur armement, de meilleurs déplacements pour éviter les projectiles (on peut dasher) ou d’une meilleure gestion des 3 modes de son mécha (vitesse, défense, dégâts). Cela reste intéressant mais un petit manque de profondeur se fait ressentir tant au niveau de son aspect jeu de sport que shooter. RIGS n’en reste pas moins une bonne expérience en Réalité Virtuelle, un titre qui essaye de proposer quelque chose de nouveau et qui donne une bonne raison de renfiler régulièrement le PlayStation VR sur la tête, surtout si une communauté importante se forme vraiment autour de ce titre.

CALL OF DUTY: INFINITE WARFARE – JACKAL ASSAULT EXPERIENCE
  • Genre: EVE Valkyrie sans contenu
  • Intérêt de la VR: Elevé
  • Gerbomètre: Moyen
  • Accessoires: Manette Dualshock 4
  • Poids: 1,26Go

L’expérience Jackal Assault est gratuite mais nous la testons quand même puisque nous avons dans le passé évoqué Kitchen VR, qui est lui aussi une démo. Comme son nom l’indique, Jackal Assault, nous place aux commandes du Jackal, le vaisseau spatial du héros de Call Of Duty: Infinite Warfare. S’ensuit alors, à quelques milliers de kilomètres au dessus de la Terre et à proximité de la Lune, des combats dans l’espace. C’est plutôt mignon graphiquement et c’est surtout extrêmement bref. Les affrontements sont très simples —il ne semble pas possible de perdre— et cela sert presque plus à faire la promotion d’EVE Valkyrie que de Call Of Duty. L’initiative reste quand même sympa’.

Laisser un commentaire