Accueil Jeux Vidéo Retour sur la soirée de lancement de Killzone 3

Retour sur la soirée de lancement de Killzone 3

Dans le cadre de la sortie de Killzone 3, le 23 février prochain, PlayStation France nous a invités au Laser Ouest, situé dans le 15ème arrondissement de Paris. À cette occasion, nous avons pu tester le jeu sur des écrans 3D, avec le PlayStation Move, et en coop’. Qui plus est, le Game Director de Guerrilla, Mathijs de Jonge, était présent et nous avons pu nous entretenir avec lui. Enfin, trois séances de Lasergame furent organisées, et le premier a pu repartir avec  la très belle édition Helghast, dont vous pouvez retrouver tout le contenu ici. Alors ai-je été le grand gagnant de ce Lasergame? Qu’avons-nous pu voir exactement pendant cette soirée de lancement? La réponse, après avoir cliqué sur « Lire la suite ».

Je me dois de mettre fin à ce suspens intenable. Non, je n’ai pas gagné l’édition Helghast, mais je n’ai pas été forcément ridicule. Je reviendrai sur cet épisode dans quelques lignes, après avoir raconté plus en détails la soirée de lancement du jeu.

Après avoir mis nos affaires aux vestiaires, direction l’étage de l’établissement où un buffet nous attendait, ainsi que de très nombreuses bornes, faisant bien entendu la promotion de KillZone 3.  J’ai ainsi pu tester le jeu de Guerrilla sur un (très) grand écran en 3D relief, avec les lunettes obligatoires sur le bout du nez. Et décidemment, après avoir vu Avatar (le film) et joué à Gran Turismo 5 en 3D, je ne suis toujours pas convaincu par cette technologie. A noter qu’un Helghast (avec le masque, l’armure, et le même fusil d’assaut) avait fait le voyage d’Helghan à Paris.

Une borne plus loin, le jeu était jouable au PlayStation Move. Il était également possible de jouer avec le Sharp Shooter (un fusil en plastique dans lequel on peut emboiter le PS Move), ce que je n’ai pas eu l’occasion de faire. En revanche, j’ai entendu beaucoup de commentaires positifs à ce sujet. Quant au PlayStation Move « simple », j’ai trouvé que cela fonctionnait très bien; il n’y avait aucun problème au niveau de la précision. En revanche, on n’échappe pas au phénomène : pour tourner la tête, il faut bloquer son viseur sur un côté. Cependant, tout cela est paramétrable dans les options. Enfin, j’ai trouvé que l’action était légèrement plus hachée, mais cela devait être dû au fait que je ne suis pas habitué à l’accessoire.

http://www.youtube.com/watch?v=hrvbCkqBW5A

Puis, Mathijs De Jonge est intervenu et a parlé de son jeu, sur trois points: l’histoire de KillZone 3, son gameplay et son mode multijoueur. Le tout à grand renfort de vidéos très impressionnantes.

Et ce fut le moment du Lasergame. Si je n’ai pas été le premier en terme de points, je pense quand même avoir été techniquement au dessus. En effet, ma grande expérience en terme de jeux de tir a fait que j’avais pour réflexe de distribuer des Headshots à tout va. Malheureusement, il fallait viser les capteurs situés dans le dos et sur le torse pour marquer  des points. Dommage!

Enfin, avant de partir, j’ai eu l’occasion de parler avec Mathijs De Jonge, sur KillZone 3, et même un peu Killzone premier du nom et Killzone 2. Vous pourrez retrouver cet article dans quelques heures.

Je remercie tout naturellement PlayStation France pour l’invitation et l’accueil, et sachez que vous pourrez retrouver sur julientellouck.com le test de Killzone 3 quelques jours avant sa sortie officielle en magasin, toujours programmée pour le mercredi 23 février.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here