PARTAGER

Nintendo a tourné le dos à son passé et a décidé de faire preuve de pragmatisme en annonçant la Switch.

En l’espace de 3 minutes, Nintendo a présenté ce jeudi la Switch, sa nouvelle console; une machine hybride qui permet de jouer sur un téléviseur ou directement sur le grand écran de cette simili-portable. Dans les faits, la Switch —à ne pas confondre avec le nom d’une montre— ressemble à une tablette, bien qu’on ne sache toujours pas si l’écran est tactile. Sur les côtés, on peut attacher deux bouts de manette (JoyCon L et JoyCon R) pour en faire une console portable traditionnelle, ou bien assembler ces deux morceaux entre eux et se servir de cet écran comme d’un téléviseur portable. La Switch peut également être branchée à un support (un dock), qui permet ensuite d’afficher l’image sur une vraie TV, pour bénéficier d’un plus grand confort de jeu et probablement de meilleurs graphismes.

Tout le concept de la Switch tient dans ce transfert d’images et se traduit par un changement de politique de la part de Nintendo. Oubliez les nouvelles façons de jouer introduites par la Wii et la Wii U, il s’agit désormais d’une nouvelle façon de consommer, de jouer n’importe où. Et si Big N refuse de le confirmer actuellement, la Switch paraît mettre un coup d’arrêt à la fois à la Wii U et la Nintendo 3DS. Il y aura bien de nouveaux jeux sur ces machines dans les prochains mois, mais la Switch semble être leur successeur. Ce qui est plutôt logique finalement. La Wii U a échoué et est la console de salon de Nintendo la moins vendue. La 3DS réalise quant à elle de solides résultats, mais elle est loin des records précédemment établis par la DS. De manière générale, les consoles portables peinent à lutter contre les smartphones.

Ce n’est pas la première fois que l’on retrouve cette idée de console hybride. On peut par exemple déjà connecter son téléphone à son téléviseur, et même jouer ensuite dessus en branchant une manette. Du côté de la concurrence, chez Sony, on retrouvait avec la PlayStation TV à peu près la même idée que celle proposée par la Switch en permettant de jouer à certains titres issus du catalogue Vita sur un téléviseur avec une Dualshock. Enfin, le coup des manettes indépendantes à attacher de part et d’autre de l’écran n’est pas nouveau. La tablette Morphus X300 de Aikun repose ainsi sur ce concept.

Avec la Switch, Nintendo n’a pas de véritable gimmick, n’a pas cet effet wow, cette nouveauté que tout le monde a envie d’essayer. La firme de Kyoto va en revanche pouvoir se concentrer sur son catalogue de jeux qui devrait, en théorie, être plutôt riche si on part du principe que la Switch accueillera des jeux conçus pour consoles de salon et portables. Après tout, la Pokémon Company a bien confirmé qu’elle travaillait sur celle que l’on appelait autrefois NX. On peut également se demander si la Switch n’a pas non plus vocation à recevoir des jeux pour smartphone. Sur la liste des partenaires, on peut ainsi voir le logo de DeNA, ce qui laisse entendre que les jeux mobiles Nintendo pourraient arriver sur cette future machine.

En faisant une console plus classique, la firme de Kyoto va surtout pouvoir renouer plus facilement avec les éditeurs tiers. Dans sa vidéo de présentation, Big N montre d’ailleurs de manière plus ou moins subtile qu’il a le soutien de 2K Games et de Bethesda. Sur son compte Twitter, le constructeur japonais affiche aussi fièrement une longue liste de partenaires tandis que d’autres éditeurs comme Devolver ont confirmé vouloir porter leurs productions sur Switch. Aucun nom de jeux n’a malheureusement encore été donné, Nintendo ayant sans doute demandé à chacun de ne rien révéler avant une certaine date bien précise. Il se dit d’ailleurs que l’on ne devrait pas avoir de nouvelles informations sur la Switch avant 2017.

Il est néanmoins nécessaire de faire preuve de méfiance à l’heure actuelle. Lors de la présentation de la Wii U, les tiers étaient bien présents, et Electronic Arts avait par exemple annoncé un accord sans précédent, tout en laissant clairement entendre que Battlefield 3 serait porté sur cette console. Finalement, EA aura été l’un des premiers à quitter le navire Wii U. Pour éviter une nouvelle fois un tel exode, Nintendo doit ainsi réussir à convaincre rapidement une large base de joueurs, notamment grâce à ses licences internes. Là encore, si on se fie à cette vidéo de présentation, la Switch devrait rapidement accueillir quelques-unes des valeurs sûres de la Wii U comme Mario Kart et Splatoon. Ces titres ne semblent pas être de vrais portages mais plutôt des versions améliorées. Le Mario Kart montré affiche par exemple un nouveau personnage et la possibilité de stocker un bonus. Quant à Splatoon, on notera que Nintendo paraît prêt à surfer sur la vague esport.

Il est naturellement difficile de dire dès maintenant si la Switch sera un succès ou pas pour Nintendo, car beaucoup de questions se posent à l’heure actuelle. Cette console peut-elle rivaliser avec la One et la PS4 au niveau des graphismes? Est-elle capable de déplacer des communautés entières de joueurs? Puis vient la question de l’autonomie mais aussi du prix, surtout à une époque où la PS4 et la Xbox One ont déjà un gros catalogue de jeux et sont proposées à moins de 300€. Une chose est sûre néanmoins: en se séparant du nom Wii et en adoptant une vision plus traditionnelle, Nintendo est prêt à tout pour revenir au sommet.

1 COMMENTAIRE

Laisser un commentaire