Accueil Jeux Vidéo Test : Tomb Raider Definitive Edition

Test : Tomb Raider Definitive Edition

Le succès commercial assez mitigé d’Underworld aurait pu sceller le sort de Tomb Raider, mais Eidos (entre temps avalé par Square Enix) et Crystal Dynamics ont finalement pris leur temps pour redonner une chance à Lara Croft. Près de quatre ans après ce premier opus sur consoles HD, la belle aventurière reprend donc du service dans un épisode plus moderne et plus orienté vers l’action; un reboot sobrement intitulé Tomb Raider et qui relance de la meilleure des manières la licence phare des années 90.

Note: Les deux premiers paragraphes s’attardent sur les nouveautés apportées par la Definitive Edition. Les autres sont issus du test publié en mars 2013 et ont légèrement été remaniés.

test_tr_de_5Près de dix mois après le retour au premier plan de Lara Croft, Square-Enix et Core Design nous livrent une seconde vision des aventures de la belle. Baptisé Definitive Edition, Tomb Raider jouit du même contenu que son ainé mais change sa plastique. Le jeu bénéficie ainsi d’un affichage en 1080p et de textures remaniées. Le rendu global est très bon, voire même sublime sur certains panoramas même si, il est vrai, certains détails font encore un peu ‘old-gen’, l’eau en première ligne. Lara Croft a elle aussi subi un petit lifting : ses traits ont été modifiés, la rendant par la même occasion moins innocente, sa chevelure est plus réaliste grâce au fameux Tress-FX tandis que sa peau et ses habits reflètent mieux les nombreuses plaies de l’héroine. Enfin, le passage à la next-gen a également permis aux développeurs de proposer une version s’approchant de manière récurrente du sacro-saint 60fps malgré quelques baisses lors de passages explosifs. C’est du moins le cas sur PlayStation 4, la version ici testée; beaucoup moins sur Xbox One où le jeu tourne à 30fps selon Digital Foundry.

Outre ces nouveautés techniques, on notera pêle-mêle l’ajout de différents skins, de commandes vocales (kinect/micro fourni avec la PS4) l’intégration de maps multi jadis payantes, la possibilité de faire le jeu sur PSVita via le remote-play ou une utilisation intensive du Dualshock 4 sur la machine de Sony. Le haut-parleur est ainsi régulièrement sollicité lors de conversation au talkie-walkie ou bien pour enrichir l’ambiance sonore tandis que la LED dorsale danse au rythme des flammes ou bien déclenche un flash lumineux à chaque détonation. Cela pourra toujours faire un petit effet pour ceux qui jouent dans l’obscurité mais en soi, cela reste assez anecdotique. Après tout, Tomb Raider Definitive Edition n’est pas véritablement meilleur, il est tout simplement plus agréable. De ce fait, il est assez difficile de le conseiller à tous ceux l’ayant déjà fait, le jeu étant quand même vendu une cinquantaine d’euros. Les autres pourront en revanche sauter sur l’occasion pour découvrir, dans des conditions optimales, l’un des meilleurs titres de l’an passé.

. . .

test_tr_de_4Navigant au large du Triangle des Dragons au sud du Japon, le bateau sur lequel se trouvent Lara et tout son équipage est pris dans un violent orage. Le résultat ne se fait pas attendre : le vaisseau se brise et s’échoue violemment sur la plage d’une île loin d’être déserte. Enlevée alors par un autochtone, la jeune anglaise réussit, à grands coups de QTE, à s’échapper de la grotte où elle était retenue prisonnière et décide de partir à la recherche de tous ses camarades. Tomb Raider nous amène alors à fouiller de fond en comble ce bout de terre perdu au milieu des tempêtes dans une aventure d’une douzaine d’heures des plus prévisibles. Le scénario de ce reboot n’est guère surprenant et se devine très aisément dès la première heure de jeu. Qu’importe, il permet surtout de faire vivre à Lara tout un tas de situations surprenantes et de visiter des lieux aussi variés que magnifiques. Si le gameplay de cet épisode est très réussi, il faut également souligner sa très jolie réalisation graphique et la superbe bande-son qui accompagnent le joueur.

Seule dans la nuit noire sous une pluie battante, totalement épuisée, Lara va d’abord apprendre à survivre. Cela passe par la création d’un feu de camp, utile pour gérer son équipement et apprendre des compétences optionnelles, et la récupération d’un arc sur un cadavre. Novice en la matière, Miss Croft va faire son apprentissage sur une biche, sous prétexte qu’il faut bien chasser pour se nourrir. Cependant, tout cet aspect survie en terre inconnue s’arrête là et ne consiste finalement qu’en un tutoriel. Autre regret, la construction du personnage de Lara Croft est en demi-teinte. Ce reboot devait narrer la naissance du personnage, avec une véritable montée en puissance dans ce milieu hostile où règne une population illuminée peu amicale. Malheureusement, tout ceci est maladroit et la jeune femme se retrouve très vite capable de décimer une armée entière, bien aidée par une immense prolifération de munitions et autres carquois de flèches. Toutefois, il est toujours difficile de critiquer un jeu pour ce qu’il n’est pas. Car pour tout le reste, Tomb Raider joue définitivement dans la cour des grands.

test_tr_de_6Après avoir repris des forces, Lara Croft peut donc explorer l’île grâce à son piolet fraichement confectionné. Pas d’open-world ici, mais de grands espaces ouverts reliés entre-eux par des passages plus linéaires; un choix plutôt bien senti qui permet de mieux gérer le déroulement et la cadence des différents événements. Grottes bas de plafond, bâtiments désaffectés, temples anciens ou encore extérieurs bourrés de détails et de quelques chemins alternatifs où se trouvent de nombreux collectibles, cette île mystérieuse ne manque ni de variété ni de charme. Un dépaysement des plus appréciables associé à un très bon level design souvent vertical et à une bonne dose d’imprévu.

La filiation avec Uncharted est d’ailleurs assez évidente. Cela se ressent sur la mise-en-scène parfois vertigineuse, sur certaines animations ou encore d’autres choix de design, notamment pour tout ce qui est lié aux aides visuelles que l’on retrouve dans les décors. Ces dernières trahissent souvent des événements futurs, mais dans l’ensemble, Tomb Raider réussit à nous transporter dans une aventure haletante aux passages spectaculaires : pont qui s’effondre, bâtiment qui prend feu, explosions en tout genre, tempête qui arrache tout sur son passage. . . L’ambiance est clairement au rendez-vous et le rythme entre plate-forme et action plutôt bien dosé. Les gunfights ont eux aussi fait leur révolution et s’affranchissent de l’auto-lock pour une caméra positionnée au dessus de l’épaule du personnage. Un système de couverture automatisé, mais très satisfaisant, fait en outre son apparition tandis que les packs de santé ont disparu au profit d’une auto-régen’. Les combats sont dynamiques, les ennemis, bien que peu futés, attaquent à distance ou au corps à corps et certains éléments du décor peuvent être utilisés contre les opposants. Certaines séquences permettent également de miser sur la discrétion grâce à l’arc ou bien via l’ajout d’un silencieux sur les armes, ces dernières étant évolutives.

test_tr_de_2Il fallait s’en douter, avec l’introduction d’un système de combat plus actuel, l’arrivée d’un mode multijoueur n’a finalement rien de surprenant. Développées par une autre équipe, Eidos Montreal, ces joutes en ligne sont l’occasion de s’essayer sur 8 cartes -dont 3 issus de DLC maintenant directement intégrés-  et une demi-douzaine de modes de jeux tous dérivés des classiques Deathmatch, Captures de drapeaux et de zones. Un multi assez traditionnel donc, couplé à de nombreux éléments (armes, personnages, perks) à débloquer, mais qui reste assez sympathique par ses affrontements péchus et des maps assez verticales disposant de pièges mortels à enclencher. On notera également qu’il ne requiert aucun online-pass.

L’arrivée de ce mode multi demeure un plaisant bonus, mais n’égale pas le très bon mode solo. Parfaitement fluide dans son déroulement, ce qui empiète parfois sur sa difficulté, cette aventure est le reflet d’une épopée plus moderne et maitrisée, bien qu’un peu trop prévisible. Tomb Raider ne révolutionne pas le genre de l’action/plate-forme qui l’avait autrefois consacré, mais marque le retour en force de son héroine culte.

Tomb Raider Definitive Edition est développé par Crystal Dynamics, Eidos Montreal, United Front Games (Xbox One) et Nixxes (PS4), et édité par Square-Enix. Jeu sorti le 31 janvier sur PlayStation 4 et Xbox One. Version testée : PS4. PEGI 18.

5 Commentaires

Laisser un commentaire