Accueil Culture Geek Youtubers : la monétisation en danger

Youtubers : la monétisation en danger

Depuis quelques années, on assiste à l’essor des Youtubers, ces internautes qui filment leurs parties de jeu vidéo pour ensuite les partager sur Youtube. Certains font ça par simple passion, d’autres pour l’argent tant il est facile de monétiser son contenu. Conséquence de cela, les boîtiers d’acquisition se vendent comme des petits pains et on voit chaque jour de nouveaux casters émerger sur le net. Problème : Youtube a décidé de mettre un frein à cette pratique en durcissant ses règles.

Depuis hier soir, les mails en provenance de Youtube s’accumulent dans les boîtes aux lettres des Youtubers. En cause, une partie de leurs vidéos violerait des droits d’auteur. Si autrefois cela ne posait pas (ou moins) de problèmes —les Networks faisant office de tampon entre la plate-forme et les utilisateurs—, désormais, Youtube ne reconnait plus qu’un seul ayant droit sur chacune des vidéos qu’il héberge. De ce fait, dès que du contenu protégé est repéré par le bot Youtube Content ID, l’ayant droit peut réclamer les droits entiers de la vidéo après avoir soumis une plainte. Qu’est-ce que cela signifie alors? Plusieurs choses. Tout d’abord, le Youtuber n’est plus recensé comme étant le propriétaire de la vidéo et il lui est alors impossible de la monétiser. S’il y a des pubs, c’est simplement parce que l’ayant droit l’a exigé et c’est lui qui récupérera alors tous les gains publicitaires. Dans le pire des cas, la vidéo peut être supprimée ou bien le son tout simplement coupé.

Let’s Play et autres longues parties commentées viennent donc de recevoir un sacré coup dans l’aile. On peut comprendre que certains éditeurs soient réticents à l’idée de voir une partie de cet argent généré leur échapper, même si cela fait une énorme pub à leur jeu, mais on assiste toutefois là à quelques débordements de la pratique où le moindre son ou la moindre musique de quelques secondes sur une vidéo de plusieurs minutes peut amener une plainte. NukemDukem a ainsi vu une de ses vidéos de Beyond Two Souls réprimandée à cause des revendications de Hearts Magazines UK. Tous les revenus publicitaires de cette vidéo iront donc dans les mains de ce groupe de presse anglais. Curieux.

A l’heure actuelle, les Networks tel Machinima annoncent enquêter sur ces nouvelles règles édictées par Google, tandis que les éditeurs et développeurs de jeux vidéo se disent pour le moins étonnés par les décisions prises par Youtube. Naughty Dog, Deep Silver, Capcom ou Codemasters ont déjà annoncé être contre cette mesure. Le concepteur du récent GRID 2 indique même ne voir aucun problème à ce que des internautes monétisent des vidéos de ses jeux.

La situation reste donc complexe et pourrait évoluer dans les jours qui viennent. En attendant, les mails continuent de se multiplier, certains Youtubers doivent faire face à plus de 400 revendications.

6 Commentaires

  1. Google et youtube continuent d’avoir des idees stupides. D’abord le Google+ sur youtube et maintenant ca. Faut pas s’etonner si tout le monde migre sur dailymotion, vine ou vimeo. En fait, si ca continue, y aura plus de liberte d’opinion et y aura que des videos de chats ou des chaines « prostituees » aux editeurs sur youtube. J’ai rien contre les editeurs qui veulent faire du profits mais y a quand meme exagerration.

  2. […] Je vous laisse ci-dessous quelques liens vers d’autres sites qui évoquent ce sujet si vous souhaitez en savoir-plus. Mon but était de vous faire comprendre comment l’écosystème de Youtube fonctionne, et en quoi la question de la propriété intellectuelle est la base de système. Espérons que cette base ne sera pas détruite, car sans fondation, la maison Youtube risque de s’écrouler (tu la sens la métaphore pourrie ?). http://www.pxlbbq.com/youtube-sonne-le-glas-du-fair-use/ http://www.julientellouck.com/youtubers-la-monetisation-en-danger/ […]

Laisser un commentaire