Accueil Jeux Vidéo BigBen rachète le studio français Cyanide (Pro Cycling Manager)

BigBen rachète le studio français Cyanide (Pro Cycling Manager)

PARTAGER
BigBen Interactive s'offre Cyanide

BigBen Interactive continue de voir grand avec le rachat du studio français Cyanide.

Petit à petit, BigBen Interactive confirme son ambition de devenir un puissant éditeur français du jeu vidéo. Longtemps connu pour ses accessoires, la société installée près de Lille ne cesse maintenant de financer de nombreux titres différents. Le mois dernier, BigBen a ainsi annoncé V-Rally 4, tout en montant au capital de son développeur Kylotonn. Et hier soir, il a officialisé le rachat de Cyanide.

Le montant de la transaction est évalué à vingt millions d’euros. Pour cette somme, BigBen met la main sur l’ensemble des licences conçues par Cyanide, telles que Pro Cycling Manager ou Styx. Dans le passé, le développeur français a aussi sorti des jeux Game Of Thrones, Bloodbowl, ou Space HulkCyanide travaille actuellement sur 9 nouveaux projets. Parmi eux, on retrouve Werewolf The Apocalpyse et Call Of Cthulhu.

BigBen veut devenir l’un des leaders des jeux AA

Grâce à l’acquisition de Cyanide, Big Ben renforce son catalogue de jeux. La société bâtie dans les années 80 reste néanmoins toujours spécialisée dans les jeux de course: WRC, V-Rally, FlatOut, Aqua Moto Racing Utopia… De manière générale, BigBen s’oriente vers les jeux de sport puisqu’il édite aussi Rugby 18 et sortira, dans les prochains jours, le très attendu Tennis World Tour.

Le rachat de Cyanide par Bigben confirme que l’éditeur souhaite avant tout se positionner vers les jeux AA. Ce sont des titres ayant hérité d’un budget moyen. Le risque financier est donc moins important et souvent, ils réussissent à connaître un joli succès. Dans son communiqué, BigBen indique que Patrick Pligersdorffer, co-fondateur de Cyanide, restera le dirigeant de cette société. Bref, il semble s’agir d’une bonne nouvelle pour tout le monde, mis à part peut-être pour Focus Home Interactive. Depuis de nombreuses années, la société parisienne avait en effet l’habitude de financer les jeux Cyanide. L’action de Focus a d’ailleurs perdu de sa valeur depuis son annonce.