Accueil Blog

Battlefield: un mode Battle Royale en projet

Battlefield V devrait avoir un mode Battle Royale

Actuellement en développement, Battlefield V pourrait lui aussi hériter d’un mode Battle Royale.

Il va bientôt nous falloir un générateur de news sur le site. Le procédé serait simple: dès qu’il s’agit d’un jeu de tir à la première ou troisième personne, on lui rajoute l’expression « un mode Battle Royale en rumeur. » L’article serait facile à concevoir: on parlerait rapidement du jeu et on écrirait que tel site affirme qu’un mode Battle Royale est en développement. Enfin, on en profiterait pour rappeler que Fortnite et de PlayerUnknown’s Battlegrounds connaissent un immense succès.

Hier, nous évoquions le cas Call Of Duty Black Ops 4 qui miserait tout le multi et le coop. Aujourd’hui, c’est Battlefield V qui nous intéresse. Officiellement, ce titre n’a encore jamais été officialisé. Au cours de ses rapports financiers, Electronic Arts a néanmoins confirmé qu’un Battlefield sortirait avant le 1er avril 2019. En mars dernier, VentureBeat déclarait que ce titre s’appellerait Battlefield V et qu’il se déroulerait au cours de la Seconde Guerre mondiale.

Le site américain a publié un nouvel article, hier soir, sur ce fameux Battlefield V. Surprise! Un mode Battle Royale serait actuellement en développement. Il ne serait toutefois pas possible d’y jouer dès le lancement du jeu, sans doute prévu pour cet automne. DICE n’en serait encore qu’au stade du prototype. Il existe donc un risque que ce mode Battle Royale ne voie jamais le jour. Si le résultat se révélait décevant pour DICE ou Electronic Arts, ce mode serait sans doute abandonné. Dans le cas contraire, une version finale serait proposée dans Battlefield V, sans doute via une mise à jour gratuite.

Il faut bien comprendre que concevoir un jeu vidéo est compliqué. Suivant l’envergure du projet, cela nécessite des centaines de développeurs. Dans le cadre d’un Battle Royale, il faut s’assurer que la ou les maps proposées soient suffisamment grandes et intéressantes pour accueillir 100 joueurs. Il y a ensuite les problèmes d’équilibrages, de réseau… Cela demande beaucoup d’efforts et on suppose que ce Battle Royale ne faisait pas partie des plans initiaux de ce Battlefield V. C’est donc une charge de travail supplémentaire, ce qui explique sans doute pourquoi il ne serait pas prévu pour le lancement du jeu.

L’avenir du Battle Royale

A cause de League Of Legends ou DOTA, de nombreux éditeurs et développeurs se sont mis en tête de concevoir eux aussi un MOBA. Beaucoup ont alors échoué. On se rappelle du cas Paragon ou bien de Dawngate. Ce dernier a été annulé après une phase de beta. A la tête de ce projet, on retrouvait Electronic Arts.

Le Battle Royale est, à mon sens, différent du MOBA. Il ne faut pas le voir comme un genre à part mais plutôt comme un mode à part. A l’avenir, il devrait être aussi commun qu’un « capture de drapeau« , « capture de zone » ou « match à mort en équipe. » Tout le monde va se mettre à proposer du Battle Royale. Après tout, les règles sont simples: c’est du chacun pour soi, et pour s’éliminer, il faut trouver des armes sur la carte. Suivant les productions, le nombre de joueurs risque en revanche de varier, ainsi que les différentes mécaniques. Si on prend PUBG et Fortnite, ces deux titres sont extrêmement différents. Dans Fortnite, le gameplay est très arcade et il est possible de construire diverses fortifications. Au contraire, dans PUBG, on retrouve une ambiance un peu plus réaliste et pour se déplacer, on peut utiliser des véhicules.

En illustration, une image de Battlefield 4, un jeu qui n’a jamais hérité d’un mode Battle Royale.

Call Of Duty Black Ops 4: Aucun solo mais un mode Battle Royale?

Le solo de Black Ops 4 remplacé par du Battle Royale?

Surprise! Call Of Duty Black Ops 4 pourrait faire un trait sur sa traditionnelle campagne solo. A la place, elle serait remplacée par un mode Battle Royale.

Call Of Duty: Black Ops 4 semble bien décidé à nous surprendre. Il y a d’abord ce logo un peu étrange qui ne respecte pas les chiffres romains. Ne parlez pas de Black Ops IV mais bien de Black Ops IIII. Puis il y a cette date de sortie, avancée pour éviter Red Dead Redemption 2. Enfin, ses modes de jeu. Selon les dernières rumeurs, il n’y aurait pas de campagne solo dans ce Call Of Duty 2018. Ce serait une première pour la série. Même Black Ops Declassified, sur PSVita, possédait un solo. Certes, il était extrêmement court, mais il existait.

Rien n’a encore été confirmé. Il faudra attendre le 17 mai prochain et un événement spécial pour découvrir toutes les premières informations sur ce Call Of Duty Black Ops 4. Le site Polygon annonce toutefois haut et fort qu’il n’y aura pas de mode solo dans cet épisode. Dans un article mis en ligne hier soir, le média américain affirme que plusieurs sources lui ont révélé cette information. « A mesure que la date de sortie de Black Ops 4 approche, il est devenu évident que le développement de la campagne solo ne serait pas terminé« , écrit Polygon. Tout cela ne serait donc qu’une question de temps. Depuis, Treyarch aurait décidé de revoir à la hausse le contenu du multijoueur et du mode Zombies. Un plus grand nombre d’activités en coop’ pourrait même être proposé.

Modern Warfare 2 à la rescousse de Black Ops 4?

Ce choix est bien entendu étonnant. La série des Call Of Duty est connue pour son action grand spectacle ou bien pour mettre en avant des acteurs de renom comme Kevin Spacey ou Josh Duhamel. Il se dit aussi que de nombreuses personnes achètent les jeux Call Of Duty uniquement pour cette campagne. En ce qui concerne le solo de Call Of Duty WWII, on remarquera que sur PS4, en se fiant aux trophées, un joueur sur deux a terminé la première mission (le débarquement) tandis que 25% sont venus à bout de la dernière mission.

Activision aurait néanmoins prévu de sortir cette année un Call Of Duty ayant un mode solo. Une version remasterisée de Modern Warfare 2 devrait prochainement être disponible, selon les informations d’Eurogamer. Toujours d’après le site anglais, seule la campagne solo de COD:MW2 serait disponible —avec ou sans la mission No Russian?—, Activision n’ayant pas prévu d’inclure le multi.

Black Ops 4: une campagne solo remplacée par un mode Battle Royale?

Sur Twitter, Charlie Intel a indiqué avoir entendu les mêmes informations que Polygon au sujet du solo de Black Ops 4. Ce site entièrement dédié à l’actualité de Call Of Duty a néanmoins ajouté un petit détail: Activision aurait pris la décision de supprimer la campagne solo car celle-ci était jugée « trop bizarre. »

Toujours selon Charlie Intel, un mode Battle Royale serait également au programme de ce Call Of Duty Black Ops 4. Aucun détail n’a pour le moment filtré si ce n’est que ce serait Raven Software à la tête de ce projet. Ce studio situé dans le Wisconsin a l’habitude de collaborer sur cette licence et a notamment prêté main forte sur WWII ou Infinity Warfare par exemple.

Désormais, beaucoup de questions se posent au sujet de Black Ops 4

Depuis la sortie au printemps dernier de PUBG, nombreux sont les éditeurs à se lancer dans la guerre des Battle Royale. Il y a un nouveau champion actuel. Il se nomme Fortnite et son succès est lié à un développement extrêmement rapide et des décisions qui ont largement fait la différence.

Le principe du Battle Royale est simple: de nombreux joueurs apparaissent sur une carte avec aucun équipement. Ils doivent alors trouver des armes et s’éliminer. Le dernier en vie est celui qui remporte la partie. Ces règles peuvent facilement s’intégrer à l’univers d’un Call Of Duty. L’une des caractéristiques clef des Battle Royale est néanmoins de reposer sur une immense map capable d’accueillir près de cent joueurs. On se demande si ce sera bien le cas dans Call Of Duty Black Ops 4. Mais pour l’anecdote, en Chine, le jeu Free-To-Play Call Of Duty: Online possède déjà un mode Battle Royale dans lequel s’affrontent semble-t-il une vingtaine de joueurs.

Un mois avant la grande cérémonie entièrement dédiée à Black Ops 4, ce nouveau Call Of Duty livre déjà quelques-uns de ses secrets. Ce ne sont que des rumeurs, mais Polygon et Charlie Intel semblent sûr d’eux. Les fuites se multiplient, mais on se souvient de quelle manière a été révélé cet épisode: à travers une vraie-fausse opération de marketing incluant James Harden.

La PS5 en 2020? Ce serait logique

La PlayStation 5 pourrait sortir en 2020

Plusieurs rumeurs se mettent à déjà évoquer la PlayStation 5. Certains la voient sortir dès cette année, d’autres, au contraire, évoquent 2019 ou 2020. C’est bien cette dernière date de sortie qui semble la plus probable. Du moins, à nos yeux.

Il y a plusieurs mois, Lorne Lanning racontait à GameInformer l’une de ses rencontres avec Shuhei Yoshida, en 2015, lors du somment DICE, un rendez-vous business du jeu vidéo. Le créateur de la saga Oddworld avait alors demandé au Japonais à quoi pourrait ressembler la PlayStation 5. Le responsable de Sony avait répondu d’un mystérieux: « Vous voulez dire si? » A cette époque, Shuhei Yoshida laissait entendre que le futur pouvait réserver bien des surprises et que les consoles pourraient disparaître.

L’existence de la PlayStation 5 semble évidente

Nous sommes maintenant en 2018 et la technologie actuelle nous fait dire qu’il y aura bien une prochaine génération de consoles. Plusieurs rumeurs sont d’ailleurs apparues ces derniers jours au sujet de cette PlayStation 5. Il se dit tout et son contraire. Certains évoquent un lancement possible en 2018, d’autres estiment que 2019 parait probable, et certains échos parlent de 2020.

A titre personnel, je n’ai aucune info’ sur cette PS5 dont on ne connait même pas le nom de code; la PS4 avait eu pour petit nom Orbis. Mais certaines choses paraissent logiques. Oui, bien sûr, elle sera plus puissante. De là à parler d’un 4K/60FPS sur chaque production, ça parait bien étrange, voire farfelu. Aucun constructeur n’impose ce genre de règle aux développeurs —la VR est une exception. A l’heure actuelle, tous les jeux pourraient déjà tourner en 1080p/60FPS sur Xbox One et PS4. Ceux qui conçoivent ces jeux ont néanmoins d’autres priorités et souhaitent souvent privilégier le rendu visuel plutôt que la fluidité. Si on prend les dernières grosses exclusivités PS4, c’est d’ailleurs ce qui se passe. Que ce soit Uncharted 4, le majestueux Horizon Zero Dawn ou le divin God Of War, tous tournent, de base, à 30 images par seconde.

Une rétrocompatibilité qui s’inscrit dans l’ère du temps

Bref, on mettra de côté ce genre d’info. Le côté rétro-compatible de la PS5 est en revanche intéressant et, là aussi, logique. On est à l’époque des Games As A Service, ou les jeux-service en français. Ce sont des titres, généralement en ligne, qui perdurent dans le temps et qui évoluent à travers des mises à jour et pas mal de micro-transactions. En d’autres termes, ils sont joués par des personnes qui sont abonnés au PlayStation Plus —parfois même juste pour un jeu— et qui sont enclins à dépenser de manière régulière pour débloquer des éléments. Un petit rappel s’impose: lorsque vous achetez quelque chose sur la boutique en ligne d’une console, le constructeur récupère 30% de la somme totale.

En lançant la PlayStation 5, Sony aurait tout intérêt à conserver cette base de joueurs. Ce n’est pas pour rien si Sony et Microsoft, dans leurs rapports financiers, parlent d’utilisateurs actifs mensuel. Cette base de joueurs est devenu le nerf de la guerre. La rétrocompatibilité serait un moyen de fidéliser son public, de s’assurer des revenus supplémentaires et d’avoir déjà un gros catalogue de jeux. Le développement d’un jeu vidéo prend beaucoup de temps. C’est un cycle de trois ans pour les Call Of Duty. Au contraire, Horizon et God Of War ont nécessité plus de 5 ans. Un jeu au sein d’Ubisoft est en développement depuis au moins 2014 et n’a toujours pas été annoncé…

De nombreuses exclusivités sont encore à venir

Quant à cette date de sortie de 2020 pour la PS5, elle tombe plus ou moins sous le sens si on se fie aux productions en développement au sein des différents studios de Sony. Nous ne sommes pas à l’abri d’une surprise mais s’il fallait faire un pari, nous miserions  beaucoup sur 2020.

Pour cette fin d’année, deux exclusivités PS4 occuperont le terrain: le tout discret Dreams et le blockbuster Spider-Man. Le catalogue de 2019 est également connu. Il y aura Days Gone, qui a finalement été repoussé, Death Stranding, dont la MoCap bat son plein, et The Last Of Us 2, que l’on verra à l’E3. Il ne faut pas non plus oublier Ghost Of Tsushima, la dernière création de Sucker Punch. Le programme s’annonce d’ores et déjà très chargé et il y aura certainement un de ses titres qui sera repoussé au premier semestre 2020.

Ghost Of Tsushima et Days Gones sont en développement depuis plus de 3 ans. Celui de Death Stranding a débuté au mieux en décembre 2015, date à laquelle Kojima Productions est ressuscité. Quant à The Last Of Us 2, le chantier a débuté après Uncharted 4 (mai 2016) et a sans doute décollé après la sortie du surprenant The Lost Legacy (août 2017). Plusieurs personnes clefs de ce projet ont ainsi rejoint les rangs de The Last Of Us 2. C’est par exemple le cas de Kurt Margenau qui est maintenant co-Game Director de ce nouveau titre.

Pour Sony, le temps ne presse pas

A cette liste, il faut aussi rajouter des jeux VR par Sony London, des collaborations avec certains studios de développement (From Software pour un Bloodborne 2?) ou des projets un peu moins ambitieux. Le dernier Ratchet & Clank a ainsi connu un développement très rapide et on suppose que le remake de Shadow Of the Colossus n’a pas demandé autant de moyens qu’un God Of War. On rappelle d’ailleurs qu’un remake MediEvil est attendu pour ce second semestre…

D’ici la fin d’année 2019, Sony a largement de quoi meubler avec des productions fortes. Il ne faut pas non plus oublier un élément: la PS4 se porte extrêmement bien. Sony n’a aucune raison de vouloir enrayer cette tendance. Il se dit d’ailleurs que le constructeur japonais a souhaité ralentir la cadence au vue des excellents résultats actuels. Ce sont en tout cas les échos qu’a entendu Christopher Dring, journaliste au sein de la rédaction de GamesIndustry.

C’est pour toutes ces raisons que l’on voit arriver en 2020 la PS5. C’est probablement à cette date là qu’un nouveau cycle apparaitra. Mais si de nombreux studios internes planchent encore sur PS4, quelques-uns ont sans doute déjà dans les mains une idée de ce que sera la PlayStation 5. Et au petit jeu des devinettes, on imagine que du côté d’Amsterdam, Guerrilla Games travaille déjà sur cette machine pour sortir, pendant la fenêtre de lancement de la PS5, la suite de Horizon Zero Dawn.

SEGA lance l’opération nostalgie (sans la préciser)

SEGA multiplie les annonces rétro

Cette nuit, SEGA a fait de son futur son passé. Mais bizarrement, s’il a multipliés les annonces rétro, il n’a pas souhaité donner beaucoup d’infos.

Au cours de son événement SEGA FES 2018, la société japonaise a procédé à trois annonces qui devraient plaire aux plus nostalgiques. Il y a par exemple la compilation Shenmue, dont un portage PC/PS4/Xbox One a été officialisé pour cette année. Mais SEGA s’est refusé à donner une véritable date de sortie. De même les détails sur ces portages sont plutôt légers.

Probablement charmé par les ventes des consoles rétro de Nintendo (la NES Mini puis la SNES Mini), SEGA a présenté sa MEGA Drive Mini. On aimerait beaucoup vous dire combien coûtera ce produit officiel. On adorerait partager avec vous la liste des jeux inclus avec cette machine. Mais non, on ne peut pas. SEGA garde encore secret tous ces détails. On sait simplement que la MEGA Drive Mini sortira cette année, au Japon. Ce n’est pas étonnant puisque la MEGA Drive fêtera, sur l’archipel, son trentième anniversaire le 29 octobre prochain.

Enfin, SEGA a annoncé SEGA Ages. Derrière ce nom se cache une stratégie qui visera à déployer, sur l’eShop de la Switch, 15 jeux dits classiques. La liste exacte n’est pas encore connue, mais on sait qu’il y aura du Sonic, bien sûr, mais aussi Phantasy Star et Thunder Force IV. La mise en ligne de ceux jeux sur l’eShop débutera cet été, sans plus de plus de précision.

Shenmue 1 et 2 de retour sur PS4, Xbox One et Steam

Une compilation Shenmue annoncé sur PS4, Xbox One et PC

C’est désormais officiel: SEGA a confirmé l’arrivée pour cette année d’une compilation Shenmue sur PC et consoles actuelles.

Afin de préparer la sortie de Shenmue 3, SEGA a annoncé que les deux premiers épisodes —sobrement intitulés Shenmue et Shenmue 2— allaient ressortir cette année. On parle bien entendu d’une compilation —les deux jeux seront sur le même disque— visant nos machines actuelles: PC (via Steam), PlayStation 4 et Xbox One. Inutile de chercher la moindre mention de la Switch, la dernière console de Nintendo a été zappée.

SEGA n’évoque jamais le terme de version remasterisée pour cette compilation Shenmue. A la place, la compagnie japonaise indique simplement la possibilité de jouer avec des contrôles revus, ou bien d’opter pour les voix japonais ou anglaises. D’après la bande-annonce ci-dessous, le choix du 4/3 ou du 16/9 sera aussi au programme.

Le cas Shenmue 3

Il n’existe aucune date de sortie précise pour cette compilation Shenmue 1 et 2 sur PS4, PC et Xbox One. SEGA déclare uniquement que les premières aventures de Ryo Hazuki reviendront en 2018. Si on devait prendre des paris, on miserait pour cet été, donc entre juin et août. Le reste de l’année parait déjà bien chargé et puis il y a le cas Shenmue 3.

Il fut un temps où Shenmue 3 était prévu pour la fin d’année 2017. Sans surprise, ce projet né sur Kickstarter avec le soutien de SEGA —qui prête la licence—, de Sony —qui participe aux frais marketing— et de Koch Media —qui co-finance le jeu— a été repoussé au second semestre 2018. Beaucoup s’interrogent toutefois sur l’avancée du jeu. Aucune phase de gameplay n’a encore été dévoilée et l’un des trailers diffusé n’avait aucune animation faciale. Il faudra sans doute attendre l’E3 et la conférence de Sony pour en découvrir davantage. On espère alors obtenir une date de sortie fixe pour ce Shenmue 3, quitte à ce que le jeu soit repoussé à 2019.

Cela fait de très longues années que les fans de la licence patientent. Alors autant ne pas les décevoir, d’autant plus que l’attente sera moins pesante grâce à cette compilation Shenmue 1 et 2 sur PS4, Xbox One et PC.

Test: God Of War – La paternité, ça change un Dieu

Avec God Of War, les équipes de Sony Santa Monica ont osé relever de nombreux défis. Zeus et Poséidon ont été remplacés par Odin et Thor, et le gameplay a largement fait sa révolution. En voulant tout bouleverser, il existe toujours un risque de dénaturer l’oeuvre d’origine. Lors des premières vidéos, on ne reconnaissait pas vraiment le God Of War d’autrefois. Manette en main, on comprend mieux pourquoi Santa Monica a voulu quitter l’Olympe: pour atteindre de nouveaux sommets.

Il faut saluer le courage de Sony Santa Monica qui a pris la décision de tout changer dans God Of War. Kratos est maintenant accompagné de son fils, Atreus. Il se bat à la hache. Il a déménagé dans le froid, quittant les dieux grecs pour la mythologie nordique. Puis il y a cette caméra libre. Placée juste derrière Kratos, elle a longtemps semé le doute chez les fans de la licence.

Mais surtout, il faut saluer le talent de Sony Santa Monica; God Of War est une expérience captivante. C’est une oeuvre maitrisée de bout en bout qui ne cesse de surprendre par sa qualité. Bien sûr, ce que l’on remarque en premier quand on lance God Of War, c’est cette incroyable réalisation. Par moment, pour décrire le jeu, on souhaiterait reprendre l’expression de « peinture qui prend vie« . Artistiquement, certains passages sont incroyablement beaux. Techniquement, il n’existe presque aucun problème de fluidité malgré des déluges d’effets visuels.

God Of War: un petit côté The Last Of Us et Tomb Raider

God Of War impressionne, Kratos en impose. La star de God Of War, ça reste lui. Contrairement à d’autres personnages rencontrés au cours de ce long périple, la modélisation du héros grec est bluffante. Kratos resplendit; malgré le poids des ans, il n’a jamais paru aussi fort. Cette impression est liée à l’excellent travail réalisé sur les animations du jeu. Quand le natif de Sparte déploie son bouclier ou attrape sa hache, il se dégage un véritable sentiment de puissance. A l’écran, c’est un vrai régal, et ce plaisir se retrouve aussi manette en main.

Ce God Of War est nettement différent des précédents épisodes. C’est comme si Naughty Dog avait hérité de la garde de Kratos, diront certains pour résumer grossièrement. La présence de cet enfant —Atreus— ou de cette narration omniprésente rappelle naturellement The Last Of Us. Le côté beat’em all est également mis sur la touche puisque ce jeu penche clairement vers l’action-aventure. C’est aussi un titre moderne au niveau de sa construction qui s’approche beaucoup des productions en monde ouvert.

Au petit jeu des comparaisons, on est proche des derniers Tomb Raider. Il y a un HUB central puis de nombreuses zones à explorer. Si God Of War est plutôt dirigiste —il indique clairement où il faut se rendre—, les niveaux ne sont pas linéaires. Il existe souvent des chemins alternatifs afin de récupérer divers collectibles ou coffres. Certains lieux sont également bloqués; pour y accéder, il faudra revenir plus tard, avec le bon pouvoir.

God Of War: un véritable sentiment de puissance

Si les combats représentent l’essentiel de l’aventure God Of War, on note de nombreux passages de plateforme (en martelant « X ») ou des énigmes faciles à résoudre à l’aide de la hache de Kratos; celle-ci peut en effet geler des mécanismes. Toutes ces petites interludes assurent un excellent rythme au jeu. Cela supprime toute forme de répétitivité. On peut aussi évoquer ces cinématiques, certes nombreuses, mais jamais trop longues. Et le fait que le jeu soit entièrement réalisé avec un seul (!) plan séquence dynamise l’ensemble.

L’envie de casser toute forme de monotonie se retrouve aussi à travers le bestiaire du jeu. Dans une même arène, il y a certes beaucoup de clones. Mais dans l’ensemble, il y a un grand nombre de types d’ennemis différents. Bien sûr, ils héritent à chaque fois de coups et de caractéristiques différents. Cela ne signifie pas qu’il faut apprendre par coeur les points faibles de chacun. Néanmoins, au cours d’un affrontement, il vaut mieux parfois éliminer certains ennemis en premier, histoire d’être un peu plus tranquille.

Contrairement à la trilogie grecque, la caméra de ce God Of War est plus proche. Elle est presque située derrière l’épaule de Kratos. Pour autant, le gameplay de cet épisode est loin d’être lourd. Kratos est vif. Il pare et esquive les coups avec aisance. Et quand il frappe, cela fait mal. Ce sentiment de puissance, il apparait à travers des animations hyper convaincantes et des mini-ralentis sublimes. On ressent parfaitement les impacts, la folle puissance qui se dégage de Kratos. Les combats sont brutaux, la hache crève l’écran. La palette de coups est suffisamment large pour proposer quelques combos dévastateurs, que ce soit à la hache ou à mains nues —il n’y a que peu d’armes au final. Sans atteindre l’incroyable démesure d’un God Of War 3, la mise en scène et le spectacle proposés demeurent magnifiques et d’une parfaite fluidité dans les enchainements.

Atreus: son fils, sa bataille

Lorsqu’il affronte des ennemis, Kratos n’est jamais seul. A ses côtés, il y a Atreus, son fils. Ce dernier se bat à l’arc et peut notamment assomer les ennemis grâce à ses flèches. Chaque adversaire a deux jauges de vie: une barre de santé normale et une ligne qui correspond à l’étourdissement. Lorsque cette jauge est remplie, Kratos peut activer une exécution dont il a le secret. Mais aucun QTE n’apparait; on a toujours le contrôle à moins que ce ne soit directement une cinématique.

Invincible ou presque, Atreus est un membre indispensable dans ce duo. Ce n’est d’ailleurs pas étonnant s’il a droit à son propre arbre de compétences ou à des équipements additionnels. God Of War souhaite ainsi proposer une aventure plus complète. On serait tenté de dire qu’il y a un léger aspect RPG qui se dégage de ce titre. Cela se remarque en ouvrant le menu, à la jolie interface. Kratos et ses armes affichent un niveau; les équipements ont aussi diverses statistiques toutes réparties dans de nombreuses catégories. Et pour confectionner certaines armures ou améliorations d’armes, il faudra voyager, récupérer les bons matériaux.

God Of War propose ainsi un gros contenu. Il faut compter une bonne bonne vingtaine d’heures pour venir à bout de la quête principale. Sans même parler des différents modes de difficulté, on doublera facilement ce nombre avec les multiples collectibles, les boss optionnels, les arènes ou encore les quêtes secondaires. Le plus impressionnant est peut-être le fait que ces missions nous envoient dans des lieux que l’on n’a pas forcément visités au cours de l’aventure principale.

Ce God Of War peut-il avoir Thor?

Il y a beaucoup de choses à faire dans ce God Of War, et beaucoup de choses dont on se souviendra. Ce titre explore plusieurs thèmes dont la colère, la violence. La violence d’un père prêt à tout pour exaucer le dernier voeu de sa femme, et désireux de protéger leur fils. Un enfant qui représente le futur d’un homme hanté par son passé. La relation père-fils est au coeur de ce God Of War. Kratos est un personnage froid, il garde en lui de terribles secrets. Atreus est quant à lui un personnage qui évolue beaucoup au cours de ce périple.

Ce God Of War est une immense réussite. Sa réalisation est à tomber, les combats sont excellents, la difficulté est bien dosée et un gros contenu est proposée. La bande-son est souvent discrète mais elle apporte un véritable plus à cette aventure. Dans ses lignes, on ne retrouve que peu de reproches faits au jeu. Sans doute parce qu’il est difficile de critiquer un titre pour ce qu’il n’est pas.

On aurait par exemple aimé plus d’interactions avec le décor. Lors des combats à mains nues, il est dommage de ne pas voir Kratos s’aider davantage de l’environnement qui l’entoure. Plus problématique, il n’y a finalement que peu de combats de boss. Il y a en revanche beaucoup de mini-boss qui se ressemblent beaucoup, tant au niveau du gameplay que du look. Enfin, sans trop en dire, le scénario est plutôt léger. Il n’y a pas cette soif de vengeance comme dans les précédents opus. Kratos a une simple mission: répandre les cendres de sa femme sur le plus haut sommet des environs. Au cours de cette aventure, le spartiate et son fils vont croiser plusieurs personnages, tous bien écrits — certains ont un ton grave, d’autres sont au contraire drôles. Ce casting est néanmoins surprenant car il ne comprend que des figures peu connues du grand public.

C’est finalement un risque de plus qu’ont pris les équipes de Santa Monica. Le studio américain a fait fort en repartant à zéro dans le but de moderniser une série qui en avait un grand besoin après un Ascension aux retours mitigés. A l’avenir, il y aura des suites, c’est presque sûr. Il y aura une montée en puissance d’un point de vue scénaristique, et c’est tant mieux. En attendant, ce God Of War pose les bases d’un renouveau. Mais il n’évolue pas pour autant à l’ombre des géants; il est déjà colossal. Ce premier épisode est le résultat d’une magnifique prouesse; une magistrale claque qui s’étale sur plusieurs dizaines d’heures grâce à travers une incroyable maitrise. Divin, tout simplement.

God Of War est développé par Sony Santa Monica et édité par Sony Intertactive Entertainment. Jeu disponible le 20 avril, en exclusivité sur PlayStation 4. Ce test de God Of War a été réalisé sur une PS4 ‘normale’. PEGI 18.

Fortnite: un nouveau gadget qui construit un donjon (!)

Fortnite ajoute des bâtiments qui se construisent tout seul

Fortnite Battle Royale continue d’être mis à jour. Dans les prochaines heures, Epic Games compte rajouter un gadget très défensif.

On n’arrête plus le progrès. Bien décidé à augmenter le nombre d’armes et gadgets dans Fortnite, Epic Games a révélé le Port-A-Fort. Derrière ce nom anglais on retrouve une petite sphère qui, une fois lancée, crée un donjon de 3 étages.

D’après la vidéo ci-dessous, ce donjon est construit à partir de plaques métalliques, afin de lui offrir une immense résistance. Le haut de cette tourelle est également pensée pour offrir au défenseur une parfaite vision à 360° des environs. Enfin, à la base de ce donjon, on retrouve une porte. Tout le monde pourra donc pénétrer dans ce bâtiment.

La popularité de Fortnite est liée à ses fréquentes mises à jour. Le Battle Royale d’Epic Games est attentivement suivi par des millions de fans. La preuve, sur Twitter, cette courte vidéo a été vue plus de 2 millions de fois. Tout le monde ne se réjouit cependant pas de l’annonce de ce nouveau gadget. Il risque en effet de déséquilibrer les parties.

Cela rappelle un peu le cas du lance-roquettes téléguidé. Celui-ci a beau être lent, il est absolument redoutable pour surveiller les environs ou éliminer un ennemi bien caché.

L’autre actualité de Fortnite, c’est bien entendu cette mystérieuse comète dans le ciel. On pourrait connaître la fin de cette histoire d’ici quelques jours. Il se dit qu’à la fin de ce mois d’avril, au plus tard, il se passera un événement dans le jeu. Il y a ces mystérieuses vibrations qui cachent un appel à l’aide puis les différents indices qui évoquent une destruction de Tilted Towers.

Ghost Recon Wildlands: Sam Fisher s’invite (et un week-end gratuit)

Du Splinter Cell dans Ghost Recon Wildlands

Du Splinter Cell dans Ghost Recon Wildlands! Le temps d’une mission, Sam Fisher revient et s’infiltre en Bolivie.

Avec ses trois lumières vertes sur la tête, Sam Fisher devrait, en théorie, difficilement passer inaperçu. Mais il ne faut pas oublier que l’infiltration reste sa spécialité. La preuve, à partir d’aujourd’hui, le héros de Splinter Cell partir visiter la Bolivie de Ghost Recon Wildlands. Surprise!

A travers une mise à jour gratuite de ce jeu de tir, une mission ayant pour thème Splinter Cell est disponible dans Ghost Recon Wildlands. Ubisoft en profite pour indiquer que de nombreux équipements inédits sont alors à débloquer, dont les fameuses lunettes de Sam Fisher.

Cette mission Splinter Cell de Ghost Recon Wildlands sera uniquement disponible pendant ce mois d’avril. A compter du 2 mai, Sam Fisher quittera la Bolivie, emportant avec lui tous ses accessoires.

Splinter Cell: Sam Fisher peut-il (enfin) signer son grand retour?

L’annonce de cette mission Splinter Cell dans Ghost Recon Wildlands nous invite naturellement à nous poser cette question: reverrons-nous, au cours de cette génération, Sam Fisher dans une aventure inédite? Quelques rumeurs ces derniers temps évoquent une annonce lors du prochain E3. Le retour de la voix originale de l’agent secret dans ce trailer laisse également entendre qu’Ubisoft a de beaux projets pour Fisher.

Il y a quelques temps, nous avions écrit un dossier sur un possible retour de Splinter Cell. L’affaire semble plutôt compliquée. Ubisoft a l’habitude de sortir essentiellement des jeux en monde ouvert. Hors, Splinter Cell, ce sont des niveaux plutôt linéaires ou du moins dirigistes. Si Sam Fisher devait évoluer au sein d’une immense map et miser sur l’infiltration ou l’action pour s’en sortir, le jeu pourrait alors étrangement ressembler à… Ghost Recon Wildlands.

Ghost Recon Wildlands, l’autre grand succès d’Ubisoft

Disponible depuis un an, Ghost Recon Wildlands a parfaitement pris son envol. Ubisoft annonce que plus de 10 millions de personnes ont joué à ce titre en partie développé dans les bureaux français de l’éditeur. Il ne faut pas prendre ce nombre comme un chiffre de vente. Ubisoft compte également les personnes ayant lancé ce titre au cours d’un week-end gratuit. Un nouveau sera d’ailleurs proposé cette semaine.

Du 12 au 15 avril, Ghost Recon Wildlands sera jouable gratuitement sur PC, PS4 et Xbox One. Ceux séduits par cette aventure pourront s’offrir le jeu à moindre coût puisqu’une grosse réduction sera mise en place. Quant à ceux qui seraient encore indécis, au moment de la sortie du jeu, nous avions publié un test de Ghost Recon Wildlands. Fin de l’instant auto-promo.

Enfin, puisqu’il s’agit là aussi d’un jeu-service, Ubisoft a annoncé une nouvelle année de contenu pour Ghost Recon Wildlands. Ce Season Pass 2 se dévoile dans cette bande-annonce où dans cet article qui revient sur quelques-unes des nouveautés pour le PvP ou le mode coop.

 

La comète de Fortnite: un lien entre la map et la Pologne?

La map de Fortnite est-elle celle de la Pologne? Quid de la météorite?

Dans Fortnite, le mystère autour de la comète dans le ciel intrigue de plus en plus. Peut-elle détruire Tilted Towers? Et si la réponse se trouvait dans cette map qui ressemble étrangement à la Pologne?

Pendant que certains font du parachute et cherchent à rester les derniers en vie, d’autres mènent l’enquête. La comète de Fortnite intrigue. Elle est de plus en plus visible, les télescopes sont tous tournés vers elle, et les vibrations de la manette semblent correspondre à un appel à l’aide.

Depuis ces dernières révélations, la communauté de Fortnite s’active pour comprendre ce qui se passe. Ou plutôt ce qui va se passer. Il se dit que la comète va s’écraser sur Tilted Towers. Un nouvel élément laisse entendre que ce sera bien le cas. Cet indice est lié à la forme même de la map de Fortnite: elle rappelle beaucoup celle de la Pologne.

Outre cette forme même, il y a la position de nombreux points clefs. Si on superpose la carte de Fornite sur celle de la Pologne, on remarque que Retail Row correspond à Varsovie. Il s’agit de la capitale et de la place économique du pays. Il a aussi été remarqué que Haunted Hills correspond plus ou moins à une ville fantôme polonaise (Borne Sulinowo). Quant à Tilted Towers, c’est du côté de Poznan qu’il faut se tourner. Et c’est là que les choses deviennent intéressantes. A quelques kilomètres au nord de Poznan, il y a la réserve naturelle de la météorite de Morasko. On se dit qu’à ce niveau là, il s’agit bien plus que d’une simple coïncidence.

On rappelle aussi qu’un lien fort unit Epic Games à la Pologne. Au milieu des années 2000, la société américaine s’est offert People Can Fly, les auteurs du très sympathique Painkiller. Après ce mariage, ce studio polonais a sorti Bulletstorm et Gears Of War Judgment pour le compte d’Epic Games. Depuis, People Can Fly a retrouvé son indépendance mais continue de collaborer avec la compagnie dirigée Tim Sweeney. C’est encore le cas actuellement avec un jeu bien particulier: Fortnite. People Can Fly est en effet co-développeur de ce jeu à succès.

Tilted Towers peut-il être détruit par une météorite?

A l’origine, beaucoup pensaient que Tilted Towers serait rasé de la carte de Fornite le 1er avril, histoire de faire une blague aux joueurs. Il faut savoir que ce lieu, introduit récemment, est très prisé par les utilisateurs de Fortnite. C’est un endroit qui recense un grand nombre d’armes et de coffres. De ce fait, nombreux sont ceux qui décident d’être parachutés dans cette ville à gratte-ciel. Cela crée néanmoins un problème au niveau du rythme. Là-bas, beaucoup meurent au combat à peine arrivés sur la terre ferme. Alors que Fornite promet un Battle Royale à 100 joueurs, au bout de quelques secondes, on se retrouve avec seulement une quarantaine de survivants.

Il se dit qu’Epic Games pourrait chercher à équilibrer la map de Fortnite et donc revoir en grande partie Tilted Towers. D’autres pensent au contraire que la comète dans le ciel annonce un autre événement. Il s’agirait plutôt du passage en Free-To-Play du mode Sauver le Monde. Ce dernier est actuellement payant mais devrait passer gratuit cette année. En faisant s’écraser une météorite dans Fortnite, Epic Games pourrait créer l’événement et expliquer pourquoi des monstres menacent l’humanité dans ce mode.

Lawbreakers: son studio jette l’éponge (pour le moment)

Lawbreakers continue de mourir à petit feu

L’avenir de Lawbreakers s’assombrit de plus en plus. Bosskey, son studio de développement, a admis planché sur d’autres projets.

Fin novembre, nous écrivions qu’il fallait que Lawbreakers passe en Free-To-Play afin de le sauver. Notre constat était simple: malgré d’évidentes qualités, ce jeu de tir ultra-compétitif n’arrivait pas à séduire assez de monde. Ses serveurs étaient souvent vides —nous n’avons jamais réussi à lancer une partie en classé— et il fallait donc enlever la barrière du prix.

Hier, Bosskey, le studio fondé par Cliff Bleszinski, a officiellement communiqué au sujet de Lawbreakers. Sans tourner autour du pot, la société américaine déclare que son premier jeu n’a pas réussi à trouver son public. En d’autres termes, il n’a pas rapporté assez d’argent au studio et dans ces conditions, Bosskey est dans l’impossibilité d’accompagner le jeu sur le long terme. Il n’y aura donc pas de nouvelles classes, maps ou de skins inédits…

Un possible changement de modèle économique de Lawbreakers est également évoqué avec une transition vers le Free-to-Play. Bien que séduisante, cette idée n’a pas été retenue; cela demanderait trop de ressources, chose que ne peut se permettre à l’heure actuelle Bosskey.

Un nouveau projet prêt à succéder à Lawbreakers

Le studio n’abandonne pas pour autant Lawbreakers. Il va continuer de soutenir le jeu mais uniquement dans son état actuel. Cela signifie que les choses vont rester comme elles le sont maintenant et que les serveurs ne seront pas débranchés. Bosskey espère un jour offrir une seconde vie à ce titre mais pour le moment, il se concentre sur un projet tenu encore secret. Ce dernier serait dirigé par une nouvelle équipe créative. Cela tend à indiquer que Cliff Bleszinski (Unreal, Gears Of War) aurait pris du recul. En octobre dernier, le co-fondateur de Bosskey paraissait très atteint par le manque de popularité de Lawbreakers. Il avait notamment pointé du doigt la presse pour le traitement particulier qu’elle avait réservé à son jeu de tir à la première personne.

Lawbreakers est sorti début août sur PC et PlayStation 4. Il s’agissait d’une exclusivité temporaire du côté de la console de Sony. Une version Xbox One était fortement pressentie à une date indéterminée. Avec les déboires du jeu, celle-ci a sans doute été mise en pause.

Suivez Nous

464,935FansJ'aime
3,475SuiveursSuivre
38,846SuiveursSuivre
350,708SuiveursSuivre
7,058AbonnésS'abonner