Accueil Jeux Vidéo Persona 5: Atlus impose sa loi aux Streamers

Persona 5: Atlus impose sa loi aux Streamers

PARTAGER

Atlus a édicté un ensemble de règles à destination de tous ceux qui souhaitent diffuser en ligne leur aventure dans Persona 5.

Avec un score remarquable de 94 sur Metacritic, Persona 5 est l’un des plus beaux succès critique de cette année. Au niveau des ventes, le jeu d’Atlus réalise également de solides performances puisqu’il a atteint le cap des 1,5 million d’exemplaires écoulés. Malgré tout, l’éditeur et développeur japonais doit faire face depuis quelques heures à la fronde des Youtubers et autres personnes ayant décidé de retransmettre sur différentes plateformes vidéo leur épopée dans Persona 5.

C’est directement sur son site internet qu’Atlus a tenu à mettre les choses au clair: il n’est pas possible de streamer librement Persona 5. Tout simplement parce que la fonction Share sur PS4 a été entièrement désactivée —chaque développeur est libre de bloquer ou non ce bouton et Sony n’impose rien. Et, au cas où la personne possèderait une carte d’acquisition, il est alors indispensable de suivre un certain nombre de règles. Parmi-elles, il y a l’interdiction de spoiler —révéler des éléments importants de l’histoire— ou de diffuser des extraits du jeu après avoir atteint, au cours de sa partie, la date du 7/7.

A cela, il faut également ajouter d’autres restrictions. Les vidéos ne doivent pas dépasser les 90 minutes, certains combats de boss ne doivent pas être montrés et il ne faut pas faire une compilation des cinématiques.

Pour se justifier, Atlus explique en substance que ces règles visent à protéger les fans de la licence afin que ce Persona 5 soit véritablement une toute nouvelle aventure pour eux. Quant à ceux qui oseraient enfreindre ces règles, ils pourraient tout simplement voir leur chaîne suspendue.

Bien sûr, on a rapidement assisté à une levée de bouclier à la suite de ce message. Sur Twitter, de nombreuses personnes se sont émues de cette décision. Certaines ont même indiqué leur intention de boycotter ce titre. Atlus n’a quant à lui pas changé de position. . . tout en sachant qu’à la fin de son message, il n’oublie pas de préciser que cette politique pourrait à l’avenir évoluer.