Accueil Jeux Vidéo Test: Robinson The Journey (PSVR) – Retour au Jurassique

Test: Robinson The Journey (PSVR) – Retour au Jurassique

PARTAGER

Beaucoup de jeux en réalité virtuelle s’intéressent à la science-fiction et à l’exploration spatiale. C’est aussi le cas de Robinson The Journey, mais le titre de de Crytek se veut différent et ose un grand écart intéressant puisqu’il nous envoie, après le crash de notre vaisseau, sur une planète peuplée de dinosaures située à plusieurs millions de kilomètres de la Terre, preuve que la vie trouve toujours son chemin.

  • Genre: Jurassic Park x Walking Simulator
  • Intérêt de la VR: Elevé
  • Gerbomètre: Elevé (nécessite un long temps d’adaptation)
  • Accessoires: Manette Dualshock 4, hélas
  • Poids: 6,99Go

Dès les premières secondes, Robinson: The Journey impressionne par sa réalisation, malgré les défauts inhérents au PlayStation VR comme sa grille de pixels un peu trop visible. Les environnements assez variés du jeu fourmillent de détails et la végétation luxuriante assure une bonne ambiance, même si on pourra toujours regretter ce clipping qui fait apparaître au dernier moment certains éléments du décor. Comparé aux autres jeux en réalité virtuelle que nous avons pu essayer sur PS4, Robinson: The Journey est véritablement dans le haut du panier au niveau des graphismes et le jeu de Crytek est presque magique quand il nous met face à des dinosaures. Mais c’est aussi un peu le problème de ce Robinson: The Journey qui met plus le joueur dans la position de spectateur que d’acteur.

C’est un jeu d’aventure et non d’action. A l’aide d’une baguette magique, on déplace quelques plaques métalliques, le bébé T-Rex qui accompagne le héros peut débloquer certains passages, les quelques énigmes faciles se résolvent à l’aide d’un drone façon Weathley dans Portal 2, et on escalade sans difficulté tous les éléments teintés d’orange. Les phases de gameplay sont assez basiques (et parfois imprécises) et l’histoire n’accélère quant à elle que dans les derniers instants pour se terminer brutalement; on recherche grosso-modo pourquoi on est échoué sur cette planète. Le point fort de Robinson reste donc les quelques dinosaures qui peuplent ce titre, et on regrette que le jeu fasse l’impasse sur une compatibilité avec les PlayStation Move. C’est un choix difficilement compréhensible car l’outil du héros épouse la même forme que la manette à reconnaissance de mouvement de Sony et cela aurait permis de rendre l’escalade et d’autres action biens plus immersives et dynamiques alors que le rythme du jeu est assez lent.

Avec sa musique discrète mais très réussie —après tout, c’est Jesper Kyd—, Robinson The Journey n’en reste pas moins un jeu plaisant pour peu que l’on rêve de se retrouver nez à nez avec des dinosaures. Attention cependant, ce titre se joue comme un FPS classique et a tendance à vite provoquer un mal de tête. Enfin, la durée de vie du jeu est assez courte —environ 5 heures— alors que ce titre est plutôt linéaire et vendu plein pot. Bref, pour ceux qui aiment dépenser sans compter.

Robinson The Journey est édité et développé par Crytek. Jeu disponible depuis le 8 novembre sur PlayStation 4. Il s’agit d’une exclusivité temporaire PlayStation qui pourrait donc à terme débarquer sur d’autres plateformes. Le jeu est compatible avec la PS4 Pro. Notre test de Robinson The Journey a été fait sur une PS4 classique. PEGI 7+.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here