Accueil Jeux Vidéo Test – Resistance Burning Skies

Test – Resistance Burning Skies

PARTAGER

Abandonnée par Insomniac Games, la licence Resistance réapparaît grâce à une collaboration entre Nihilistic et Sony pour un épisode exclusif sur Vita : Resistance Burning Skies. Premier FPS à sortir sur la petite dernière du constructeur japonais, cet épisode a pour objectif de montrer que la Vita est capable d’accueillir sans sourciller l’un des genres les plus populaires du moment, grâce à son second joystick. Mais Resistance BS représente également un défi pour Nihilistic qui a l’occasion de se montrer capable de reprendre la série. Pari réussi?

Nous sommes en août 1951 et les Chimères décident d’envahir le pays de l’oncle Sam. Envoyé sur un feu, Tom Riley, pompier de son état, va finalement se révéler parfait résistant et va tout faire pour sauver sa famille et enrayer la menace extra-terrestre. Un scénario très classique à l’image de ce jeu qui ne surprend jamais: on avance, on vide une pièce, on avance, on vide une pièce ad nauseam.

Au total, on traverse 6 chapitres, chacun nécessitant environ une heure. Des niveaux aux environnements quelque peu variés mais guère séduisants. Sur console de salon, Resistance n’a jamais brillé par sa technique, sur Vita, c’est également le cas. Alors que quelques intérieurs sont très corrects, certains passages extérieurs sont extrêmement pauvres graphiquemement parlant, tandis que les nombreuses transitions de filtres graphiques sont tout sauf discrètes.

Heureusement, on peut compter rapidement sur un large choix d’armes (fusil à pompe, foreur, sniper…) et la possibilité des les personnaliser en récupérant des petits cubes bleus dissiminés un peu partout. Et bien entendu, en ayant terminé une partie, on peut en recommencer une en gardant les diverses améliorations. Les combat sont plutôt péchus et le feeling des armes est bon, à l’exception de leur bruitage décevant, à l’image de l’ambiance sonore. En tant que pompier, Tom Riley peut également user de sa hâche afin de se défaire des chimères, ce qui est toujours plus gratifiant que les traditionnels coups de crosse.

Cet épisode apporte quand même quelques nouveautés. Outre un retour à une régénération automatique de la santé, on assiste à l’introduction d’un convaincant système de couverture automatique. Vita oblige, l’écran tactile est ici (sur)utilisé afin d’ouvrir des portes ou bien actionner les fonctions secondaires des armes. Cependant, on se rend vite compte que ce n’est pas toujours très pratique. Mais le principal atout de la Vita réside dans son second stick proposant un véritable confort de jeu et une très bonne précision.

Au final ce quatrième épisode de la série Resistance se révèle très moyen à cause de son terrible classicisme mais est un peu sauvé grâce son excellente jouabilité; merci au second joystick. A noter que pour ceux qui souhaiteront prolonger l’aventure, un mode multijoueur jusqu’à 8 est également inclus dans le soft et repose sur 3 modes de jeux (Survival, Deathmatch et Team Deathmatch), et 6 maps.

Resistance Burning Skies est édité par Sony Computer Entertainment et développé par Nihilistic. Le jeu est sorti le 1er juin sur PlayStation Vita. PEGI 16. 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here