Accueil Jeux Vidéo Pourquoi Stadia peine à convaincre

Pourquoi Stadia peine à convaincre

Jeudi soir, Google a détaillé Stadia, son offre Cloud Gaming. Cette mini-cérémonie a duré pas loin de 30 minutes, le temps de dévoiler une date, des jeux et un prix. C’est exactement ce que le public souhaitait savoir. Et maintenant que tout est connu, les retours sont principalement négatifs. Pourquoi?

Dans le passé, Phil Harrison a été un dirigeant important de Microsoft et de Sony. Il est désormais à la tête de Stadia. C’est lui qui était en première ligne ce jeudi soir, pour tout dire au sujet de l’offre Cloud Gaming de Google. Dans les faits, Stadia sera disponible à partir du mois de novembre en France et permettra de jouer à 31 titres différents sur son téléviseur, son ordinateur ou son téléphone Pixel 3/3a. D’autres smartphones seront ajoutés avec le temps.

Google Stadia: ce qu’il faut savoir

Pour bénéficier de Stadia dès novembre, il faudra s’offrir un compte Stadia Pro, à 9,99€/mois. Cet abonnement est indispensable pour bénéficier de jeux en 4K à 60FPS (suivant les performances de sa connexion) et d’un son surround en 5.1. De manière régulière, à l’image du PlayStation Plus et du Games With Gold, des jeux seront offerts aux membres Stadia Pro. Le premier sera Destiny 2 avec l’ensemble de ses DLC.

Trois mois de Google Stadia Pro sont inclus avec le pack Fondateur à 129€ qui comprend en plus une manette et un Chromecast, qui semble indispensable pour jouer sur son téléviseur. En revanche, il devrait être possible de brancher n’importe quelle manette en bluetooth.

La manette officielle de Stadia et un Chromecast

Sur les 31 jeux prévus sur Stadia, voici les 27 que l’on connait déjà:

  • DRAGON BALL XENOVERSE 2
  • DOOM Eternal
  • Wolfenstein: Youngblood
  • Destiny 2
  • GRID
  • Baldur’s Gate 3
  • Metro Exodus
  • Thumper
  • FINAL FANTASY XV
  • Rage 2
  • Tomb Raider Trilogy
  • SAMURAI SHODOWN
  • Football Manager 2020
  • Get Packed (exclusivité Stadia; Overcooked version déménageurs)
  • The Elder Scrolls Online
  • Gylt (exclusivité Stadia; jeu d’horreur façont Little Nightmares)
  • The Crew 2
  • The Division 2
  • Assassin’s Creed Odyssey
  • Ghost Recon Breakpoint
  • Just Dance
  • Trials Rising
  • NBA 2K
  • Borderlands 3
  • Farming Simulator 19
  • Mortal Kombat 11
  • Darksiders Genesis

Ces jeux devront être achetés séparément. Ils seront ensuite liés à son compte Google Stadia et deviendront donc jouables sur n’importe quel écran en cloud gaming. Quelque part en 2020, une seconde offre Stadia sera proposée. Elle sera gratuite et limitera les jeux à du 1080p/60FPS avec un son stéréo. Aucun titre ne sera alors offert à un rythme régulier et chaque jeu devra naturellement être acheté depuis la boutique en ligne.

Maintenant que les faits sont là, il est temps d’analyser pourquoi ça coince, avec forcément une forme de subjectivité.

Stadia vise les joueurs Xbox et PlayStation

De manière générale, l’offre Stadia semble quelque peu précipitée. A son lancement, seuls 17 pays seront concernés. La version basique/gratuite de Stadia ne sera pas non plus proposée. Quant à ceux qui rêvent de profiter du cloud gaming sur leur téléphone, il faudra obligatoirement posséder un smartphone Pixel 3/3a. Ces contraintes sont surprenantes. Le Cloud Gaming vise à dynamiter le marché actuel du jeu vidéo, mais Stadia ne s’en donne pas pleinement les moyens.

Avec le Cloud Gaming, il est dit que l’on peut toucher près de 2 milliards de joueurs. On rappelle que sur cette génération, la PS4 domine le marché avec 100 millions de consoles. L’écart est donc important. Et pourtant, Google Stadia ne vise pas le grand public mais bien les hardcore gamers, la preuve avec les jeux ci-dessus. En soi, Stadia se positionne comme un concurrent du PC et des consoles, et non comme l’acteur principal d’un nouveau marché.

Le problème est que des millions de joueurs ont déjà ces machines. Ils possèdent une partie de ce catalogue. Alors pourquoi migrer pour profiter des mêmes jeux? Et surtout, pourquoi abandonner leur compte PSN ou Xbox sur lequel on recense déjà des dizaines de jeux en dématérialisé? Lorsque le xCloud sera lancé, sans doute à la fin de l’année, Stadia fera pâle figure par rapport au service de Microsoft. Récemment, la firme de Redmond a révélé que 3500 jeux Xbox, Xbox 360 et Xbox One étaient compatibles avec son cloud gaming.

Le xCloud n’a pas à s’inquiéter de la menace Stadia

A cela, il faut aussi rajouter le prix. L’abonnement Stadia Pro est à 10€/mois pour profiter de la 4K et d’un jeu offert de temps en temps, alors que beaucoup imaginaient un accès complet à tout un catalogue de titres. Comme d’habitude, les attentes de chacun créent ensuite des déceptions. Google aurait sans doute dû être plus clair dès le début. La notion de cloud gaming est en effet souvent associé à du jeu vidéo à la netflix. Ce n’est pas Destiny 2 qui changera la donne, un FPS qui commence à dater et qui a même déjà été gratuit via le PS Plus.

Stadia promet la même expérience sur PC, TV, Tablette, Ordi portable et smartphone.

On a du mal à comprendre à qui s’adresse vraiment Google avec Stadia, du moins en 2019. En communiquant quelque jours avant l’E3, il semblait vouloir prendre tout le monde de court. Après cette conférence, on a plus l’impression que Google a un train de retard sur la concurrence. Pour le moment, bien sûr.

Les atouts de Stadia sont cette possibilité de jouer sur différents écrans, et les passerelles avec les autres services de Google, comme Youtube. Pour le grand public, cela n’est pas encore clair. C’est pourquoi on se dit que Stadia aurait directement dû être lancé en beta cette semaine, avec un jeu jouable en Free-to-play. Chacun aurait alors pu découvrir le cloud gaming et les points forts de Stadia, avant que la concurrence tente de rafler la mise. Car ce soir, il est certain que Microsoft a un boulevard pour montrer qu’en terme de cloud gaming, son xCloud peut être le grand champion.

3 Commentaires

  1. […] Pour se démarquer, Stadia aura aussi besoin d’exclusivités. Il en a annoncé une à la Gamescom: Orcs Must Die 3. Google a négocié avec Robot Entertainment une exclusivité temporaire, de quoi assurer le développement d’une suite qui n’aurait jamais pu exister sinon. Orcs Must Die est un Tower Defense. On serait même tenté de dire qu’il s’agit d’un excellent Tower Defense. Mais ça reste un jeu de niche. Ce n’est pas une exclusivité de poids, un titre qui va pousser les joueurs à se déplacer sur Stadia, d’autant plus que tout cela n’est que temporaire. Face aux consoles traditionnelles, Stadia semble un peu vieux jeu. […]

Comments are closed.