Home Jeux Vidéo Et voici la PS4!

Et voici la PS4!

Ça y est, enfin! Après des semaines de rumeurs, suppositions et autres spéculations en tout genre, Sony a levé le voile sur sa console Next-Gen : la PlayStation 4 (PS4).  Ce ne sera donc ni Orbis (son nom de code), ni Omni (un nom sorti d’on ne sait où) mais bien PS4. Sony vise la simplicité, mais surtout la convivialité.

Derrière ce nom se cache une machine surpuissante, équipée notamment de 8Go DDR5 (ndlr: GDDR5 en fait), se rapprochant du PC afin de faciliter la vie aux développeurs. Une console dont le papa n’est autre que Mark Cerny et qui se sera finalement fait très discrète: sur les 120 minutes du show, aucune image de la console n’a été montrée. Un choix curieux peut-être motivé par l’absence d’un design définitif, ou bien par l’envie de surprendre à l’E3. En revanche, la manette, sobrement appelée DualShock 4, a eu les honneurs d’une petite présentation. Très proche du leak de ces derniers jours, la DS4 accueillera bien un pavé tactile (multi-touch) et une barre lumineuse en son sommet. Dans son communiqué, Sony explique, qu’à la manière du PSMove, le tube transparent pourra changer de couleur afin de coïncider avec son avatar dans un jeu en multi, ou bien fournir des informations sur l’état de santé de son personnage. Mais cette barre lumineuse sera surtout reconnue par la PlayStation 4 Eye, la nouvelle caméra PSEye et compatible PSMove, afin de repérer le ou les joueurs dans l’espace.

Un haut-parleur ainsi qu’une prise casque feront leur apparition sur la partie inférieure de la manette et Sony précise par la même occasion que chaque console sera vendue avec un micro-casque, une initiative rappelant celle de Microsoft avec la Xbox 360. Mais la grosse nouveauté de cette manette relève de ses deux boutons situés de part et d’autre du tactile: une touche Option plutôt classique et un bouton Share afin de partager à tout moment un screenshot ou une vidéo d’un de ses exploits vidéo-ludiques. L’heure du social a plus que jamais sonné, et Sony s’enorgueillit de la possibilité même de streamer ses jeux en direct depuis ustream. Le XMB, le menu austère mais pratique de démarrage de la PS3, va quant à lui disparaître au profit d’une interface facilitant les interactions avec ses amis: possibilité de les voir jouer en live, parcourir leurs derniers achats, observer les recommandations de produits etc.

news_logo_ps4_2 news_logo_ps4_3 news_logo_ps4_4

Le online sera un autre fer de lance de la compagnie japonaise. Et Sony vise l’immédiat. L’immédiat car il sera possible de commencer une partie alors que le téléchargement d’un jeu aura à peine commencé. Ou l’immédiat avec un très large catalogue de jeux disponibles sur le Cloud, via Gaikai. Cette technologie qui nécessite d’avoir une très bonne connexion internet assurera aussi la rétro-compatibilité avec tous les jeux PS1, PS2 et PS3. Mais cela arrivera par phases.

Cette conférence a également été la réponse de Sony à Nintendo et sa Wii U, et à Microsoft avec son Smartglass. Une application appelée PlayStationApp pour iOS et Android est actuellement en développement et servira d’écran additionnel afin de fournir des informations de jeu supplémentaires comme une map par exemple. La PSVita aura aussi son rôle à jouer et permettra de continuer une partie PS4 sur sa console portable via le remote-play.

A l’issue de cette présentation technique de la machine, Sony a convié sur scène de nombreux invités de choix afin qu’ils puissent parler de leurs projets ou envies avec la PlayStation 4. Sans surprise, on a eu droit à l’annonce de nouveaux jeux par les studios appartenant à Sony, mais également à quelques surprises qui feront peut être la différence dans la guerre avec Microsoft. Jonathan Blow, créateur de Braid, a ainsi précisé que The Witness, son prochain jeu, serait (dans un premier temps?) une exclusivité PS4 (en plus d’une version iOS et PC), tandis qu’Activision et Bungie (créateurs d’Halo) ont promis du contenu supplémentaire pour la version PS4. Enfin, après de longues années, Blizzard compte revenir sur consoles et travaille sur le portage PS3 et PS4 de Diablo 3, rien que ça.

Place aux jeux:

KillZone Shadow Fall était très attendu. La présentation du jeu fut magnifique mais manquait de punch.

On feindra l’étonnement : Watch Dogs est un jeu next-gen et est prévu sur PS4. Le jeu d’ubisoft sortira aussi sur PC, PS3, Xbox 360 et WiiU.

DriveClub est la nouvelle licence de jeux de voitures par Evolution Studios (MotorStorm). Un titre qui misera sur son aspect social et la rivalité entre pilotes.

DeepDown (nom non-définitif) est un nouveau action-RPG par Capcom et fait clairement penser à Dragon’s Dogma.

MediaMolecule (LittleBigPlanet) a montré une démo technologique du Move.

The Witness, par le créateur de Braid, tout simplement.

Knack, à ne pas confondre avec une certaine marque de saucisses, sert lui aussi de vitrine technologique. Un jeu de plate-forme/action où le héros rappelle Clank.

Les deux fins de l’excellent inFamous 2 étaient diamétralement opposées. Sucker Punch a donc décidé de changer de héros et d’histoire, mais de garder le même thème. On a hâte d’en savoir plus sur InFamous Second Son.

Après les artworks de début de semaine, voici les premières images de gameplay de Destiny. Mais on sent que Bungie ne souhaite pas trop en montrer et les extraits sont plutôt brefs.

Il faut bien garder à l’esprit qu’avec une sortie programmée pour ce Noël, Sony a encore beaucoup de temps pour présenter plus en détail son produit: E3, GamesCom, TGS etc. On espère que ces événements serviront à répondre aux nombreuses questions qui trottent dans nos têtes. Quelques informations commencent cependant à arriver. Il est ainsi confirmé que le jeu d’occasion aura toujours sa place sur PS4 ou qu’il ne sera pas indispensable d’être toujours connecté. Mais quid de la console même? Son look, son interface détaillée, ses différentes offres, son prix. . . Il aurait été naïf de penser que tout serait dévoilé cette nuit, mais la PS4 a de belles armes en main, et on est curieux d’en savoir plus. Et de connaître la réponse de Microsoft. La guerre des Next-Gen ne fait que commencer.