Accueil Jeux Vidéo A Hideo Kojima Game, une polémique qui n’a aucun sens

A Hideo Kojima Game, une polémique qui n’a aucun sens

Le papa de Metal Gear et de Death Stranding a expliqué ce que signifiait le label A Hideo Kojima Game. En soi, rien d’anormal mais beaucoup ont mal compris le message du créateur japonais. Rien d’étonnant en fait.

Suivre Hideo Kojima sur Twitter ressemble par moment à un petit enfer. Le bonhomme aime bien retweeter des paquets de messages faisant la promo de son prochain jeu ou bien mettant en avant ses nombreuses idoles. Au milieu de ces RT, on trouve parfois des tweets plus personnels. Hideo Kojima revient alors sur le développement de Death Stranding ou donne sa vision des choses. Dimanche, il a tenu à expliquer ce que signifiait « A Hideo Kojima Game ». Voici le tweet en anglais:

Hideo Kojima, l’homme, la légende.

Après sa publication nombreux sont ceux, dont des journalistes, qui se sont moqués de Hideo Kojima. Explication possible: après avoir surnoté MGS V, ils essayent maintenant de retrouver un semblant de crédibilité.

Hideo Kojima assume pleinement ses fonctions

Quand on oublie de prendre du recul, il est évident que ce message fait sourire. Cela donne l’impression qu’il est le Roi Soleil. Celui qui fait tout. Hideo Kojima, c’est une équipe à lui seul. Une machine de guerre.

En fait, non, tout cela est parfaitement normal.

Sur Death Stranding, et les autres productions, il est tout ce qu’on peut appeler un réalisateur, un Game et Creative Director. C’est lui qui détient la vision initiale du projet et il va veiller à ce que celle-ci se concrétise. Non, il ne fait pas tout lui même mais il s’implique dans chaque secteur. Son rôle l’oblige à effectuer chacune de ces tâches, comme le rappelle David Jaffe, Game Director du premier God Of War. N’oublions pas non plus que Hideo est désormais un chef d’entreprise. Kojima Prod, c’est sa société. Il vérifie donc tout, dont le merchandising et les différents accords passés avec d’autres boîtes.

Mads Mikkelsen a beau insister, son nom ne sera pas sur la pochette du jeu.

Que ce soit pour Death Stranding ou pour les Metal Gear, Hideo Kojima est omniprésent. C’est un auteur, c’est lui qui détient chaque clé. Il veut aussi créer un lien direct avec ses fans. C’est pourquoi il monte lui-même quelques-uns des trailers de ses jeux. Il sait exactement ce qu’il veut dévoiler, quels indices il souhaite laisser s’échapper.

Hideo Kojima et le rêve d’Hollywood

Hideo Kojima est un immense passionné de cinéma. Il s’est toujours inspiré de films pour ses jeux. La pochette du premier Metal Gear reprend Terminator. Snake est plus qu’un simple hommage au Plissken de New York 1997. MGS 2 dépeint quant à lui un bateau qui coule puis s’intéresse à la relation amoureuse entre Jack et Rose. Oui, comme dans Titanic.

Il a aussi souvent essayé de collaborer avec des stars hollywoodienne.C’est ainsi que David Hayter, voix historique de Big Boss et Solid Snake, a failli être évincé à plusieurs reprises. Hideo Kojima a finalement réussi sur l’ultime épisode de la saga Metal Gear. Dans The Phantom Pain, c’est Kiefer Sutherland qui double Snake.

Pour Death Stranding, Hideo Kojima a pu se faire plaisir: Léa Seydoux, Mads Mikkelsen, Norman Reedus… L’affiche est incroyable et c’est pourtant celle d’un jeu vidéo. Hideo Kojima a toujours recherché à rapprocher ce média du cinéma. Ce même cinéma qui aime bien lui aussi résumer un film à son simple réalisateur. On dit bien « le nouveau film de Machin Truc », en omettant de préciser que plusieurs personnes ont écrit le script, ont aidé à la lumière, au montage, au son, aux effets visuel… Tout cela est bien l’oeuvre d’un travail de groupe, mais on résume tout à une seule et même personne: le réalisateur.

C’est lui qui endosse finalement le rôle de chef d’orchestre, c’est lui qui porte le projet sur ses épaules. Pour Hideo Kojima, c’est la même chose. A l’heure actuelle, Death Stranding paraît encore bien étrange. Son concept intrigue, on se demande si ça sera vraiment plaisant à jouer, si tout sera facilement compréhensible… On connait déjà les conséquences qui suivront les tests. Si Death Stranding est décevant, nul ou affligeant, tout le monde dira que c’est de la faute de Hideo Kojima. En revanche, si le projet est réussi, tout le monde saluera le génie du Japonais. C’est aussi simple que cela.

Dans le jeu vidéo, Hideo Kojima est plus qu’un simple nom. C’est une star qui, pour des millions de fans, fait office de valeur sûr. Ils sont peu à jouir d’une telle aura. De nombreux studios essayent de mettre en avant leur Game et Creative Director, mais peu parviennent à s’élever à un tel rang. Hideo Kojima dans le milieu du jeu vidéo, c’est comme une Rock Star. Il capte la lumière et vend rien que sur son nom. Sur la pochette de Death Stranding, on en retrouve qu’un: le sien. Le nom de Hideo Kojima est bien plus fort que celui de Mads Mikkelsen et Norman Reedus, pourtant stars du grand et petit écran. Hideo Kojima est le Boss. Le Big Boss. Et il le sait.

La pochette officielle de Death Stranding où un seul nom apparaît: celui d’Hideo Kojima.