Accueil Manga Kuroko’s Basket : Notre avis

Kuroko’s Basket : Notre avis

PARTAGER

Encore un manga de basket ?! Je suis sûr que c’est un genre de Slam Dunk“. Oui : c’est bien cette phrase que l’on m’a balancé lorsque j’ai évoqué ce nouveau shônen de sport édité chez Kazé Manga. Mais non : aussi vrai que l’Ecole des Champions, n’avait rien d’un “genre de” Olive et Tom (même si j’ai choisi là un exemple peu flatteur :-)) , Kuroko’s Basket n’a que le basket commun avec le classique de Takehiko Inoue. Et leur pays d’origine, bien évidemment. Mais c’est tant mieux : il y a forcément du bon et du moins bon dans cette série signée Tadatoshi Fujimaki, mais vous apprécierez sûrement cette œuvre originale et pleine d’humour.

C’est la rentrée au lycée privé Seirin, le moment où tous les clubs sportifs de l’établissement se ruent sur les nouveaux venus afin de piocher parmi eux les meilleures recrues dans leurs disciplines respectives. Ce sont les perles rares que recherche justement Riko Aida, qui oeuvre activement à remplir les rangs de l’équipe de basket du lycée. Alors que le talentueux inconnu Taiga Kagami (1m90, 82 kg), leur fait l’honneur de les rejoindre, un membre de la « Génération Miracle », la prestigieuse équipe de basket du collège Teikô s’inscrit également dans la plus grande discrétion. Quelle surprise de voir que celui que l’on prend pour un champion n’est autre que Tetsuya Kuroko (1m68, 57 kg), un gringalet quasiment inoffensif, et dont on arrive jusqu’à oublier la présence. Le pauvre n’a, semble-t-il, rien pour lui. A moins que ce qui passe pour une faiblesse soit en réalité un point fort…

 

 Duo d’enfer

Ce premier tome de Kuroko’s Basket se fait l’excellente mise en bouche d’un manga vraiment prometteur. Les personnages sont pour le moment un peu caricaturaux et stéréotypés (ça reste un premier tome, c’est vrai), mais la grande force de Kuroko’s Basket réside dans la manière dont dès les premières pages, le duo d’enfer Kagami/Kuroko fonctionne parfaitement. On adhère aussi bien au comique de situation lié à la différence de leurs caractères respectifs qu’à la façon dont sur le terrain, les deux héros se complètent à merveille. En deux mots : on y croit, et c’est tant mieux.

Ceux qui auront tôt fait de le comparer au classique Slam Dunk peuvent donc remballer leurs a prioris : Kuroko’s Basket ne cherche en aucun cas à concurrencer le manga culte de Takehiko Inoue. Mis à part le basket, rien ne relie les deux mangas. Leur style et leur histoire respectifs en font des œuvres à l’opposé l’une de l’autre, aussi bien en terme de graphismes (là, on donne quand même le point à maître Takehiko Inoue) que de scénario.

L’histoire de Kuroko’s Basket met en scène, comme dans beaucoup de shônen, un héros “faible” dans un monde de “forts” qui devra apprendre à se faire une place. Ce qui change cette fois-ci, et on appréciera ou pas, c’est le fait que Kuroko ne semble pas vouloir se dépasser pour lui, mais pour les autres. Pourquoi cette volonté de rester dans l’ombre et cette complaisance dans la fait d’être complètement transparent ? Cette première interrogation ainsi que les origines de Kagami, le joueur hyper talentueux qui “vient des Etats-Unis” font parties des nombreux éléments qui visent à être développés au fur et à mesure du manga.

Côté dessin, rien de mirobolant, mais Kuroko’s Basket se laisse lire sans que vous ne soyez gênés par des graphismes trop approximatifs.

C’est donc un premier quart-temps réussi pour ce nouveau manga de chez Kazé Manga, qui offre là l’un de ses futurs shônen à succès. Malgré quelques petits défauts ici ou là, on tombe rapidement sous le charme de manga de sport et vous serez nombreux à faire de même.

On parie ?

Kuroko’s Basket
Kazé Manga – Shônen
Tome 1 disponible
Tome 2 prévu pour le 28 mars 2012

3 Commentaires

  1. Ca fait un petit moment que je suis ce manga (dès le début de son édition en somme) et effectivement on ne peut pas le comparer à un slam dunk.
    Là où un Slam Dunk faisait la part belle aux émotions humaines (le doute, l’amour) ainsi qu’aux atouts et aux défauts des personnages (en somme ce manga reflétait la vie de tous les jours) , Kuroko’s Basket fait la part belle à la pure tradition du shonen qui est que le héros possiblement loser au début s’améliore au fil du temps pour au final ne plus pouvoir perdre.

  2.  Le dessin des premières pages ne m’ayant pas plus attiré que ca, j’ai
    attendu l’anime pour voir ce qu’il en était. Et je n’ai pas été decu!
    L’anime est tout simplement énorme!

    Par contre, c’est Kagami et pas Tagami ^^

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here