Accueil Jeux Vidéo Boss Key, le studio de Cliff Bleszinski, ferme ses portes

Boss Key, le studio de Cliff Bleszinski, ferme ses portes

PARTAGER
Le studio auteur de Lawbreakers et Radical Heights a fermé

Sur Twitter, Cliff Bleszinski a annoncé la fermeture de Boss Key Productions, studio qu’il avait fondé en 2014.

C’est la fin d’une aventure en solo. En 2012, Cliff Bleszinski, annonçait son départ d’Epic Games. Pendant longtemps, il avait été l’un des visages de la compagnie américaine, officiant sur des séries tels que Unreal Tournament ou Gears Of War. Son nom apparait également au générique de Fortnite; l’incroyable succès de son mode Battle Royale ne doit pas nous faire oublier que ce jeu a connu un temps de développement immensément long.

Boss Key a ouvert ses portes en 2014 par Cliff Bleszinski et Arjan Brussee. Ce dernier est également un autre grand nom du jeu vidéo. Il a longtemps travaillé chez Epic Games avant de fonder aux Pays-Bas Guerrilla Games (Killzone, Horizon). Avant de se lancer dans l’aventure Boss Key, il a fait un petit tour chez Visceral Games pour oeuvrer sur Battlefield Hardline. En 2017, on apprenait qu’Arjan Brussee était de retour chez Epic Games.

L’échec Lawbreakers

En l’espace de 4 ans, Boss Key aura sorti deux jeux. Le premier est Lawbreakers, un Hero-Shooter sans doute trop élitiste pour l’époque actuel. Nerveux et rapide, Lawbreakers demandait beaucoup de skill. L’une des erreurs commises par Boss Key a sans doute été le modèle économique de ce titre. Annoncé comme étant un Free-to-Play, ce jeu était finalement payant au moment de sa sortie. Ce couac de communication a été suivi d’un autre. Ce FPS ultra-compétitif ciblait avant tout les joueurs PC. Seulement quelques semaines avant sa commercialisation, Lawbreakers a été officialisé sur PS4; une sorte de trahison en quelque sorte. On notera tout de même que le portage PS4 était très bon.

La prise en main hardcore a sans doute joué des tours à Lawbreakers et Boss Key. Plus les jours passaient, plus les joueurs désertaient ce titre. De nombreux sites en ont alors profité pour faire les gros titres sur cette faible base de joueur. C’était l’été, l’actualité était faible, et Cliff Bleszinski a vécu cela un véritable archarnement. « Ils cherchent uniquement des clics. Ils peuvent aller se faire voir« , disait-il au sujet de la presse.

Radical Heights n’a pas sauvé Boss Key

Début avril, Boss Key déclarait qu’il ne sortirait plus aucune mise à jour pour Lawbreakers. Il était alors temps de passer à autre chose, un autre projet. Celui-ci a alors hérité du nom de Radical Heights, un Battle Royale au temps de développement express. Il est directement apparu sur Steam sous la forme d’une X-TREME Early Access et directement en Free-to-Play. Sur le papier, on retrouvait la plupart des ingrédients du succès: Battle Royale, Free-to-Play et Accès Anticipé, afin d’évoluer avec le temps, au fil des retours de la communauté. Ces derniers jours, Boss Key a aussi essayé de pousser davantage Radical Heights sur Twitch.

Malheureusement, cela n’a pas réussi à faire vaciller PUBG et Fortnite. Radical Heights a pourtant essayer de se démarquer. Il y a tout d’abord ce style années 80, puis cet humour omniprésent (un ancien de Saints Row était aux commandes du jeu) et enfin plusieurs idées intéressantes (défis in-game, BMX, tempête qui change de forme…). Mais non, pour le moment, PUBG et Fortnite sont intouchables.

Boss Key n’a pas réussi à convaincre d’autres éditeurs

On ne peut cependant pas uniquement résumer la fermeture de Boss Key aux échecs commerciaux de Lawbreakers et Radical Heights. Le studio de Cliff Bleszinski a ainsi dû faire face à d’autres difficultés, en l’occurrence, réussir à convaincre de puissants éditeurs à financer de nouveaux projets. Il faut dire qu’après Lawbreakers, Nexon ne semblait plus vraiment intéressé par Boss Key. Radical Heights a quant à lui été auto-financé par le studio. Dans les prochaines heures, Cliff Bleszinski devrait dévoiler quelques-unes des idées qu’il avait proposées à des éditeurs. Il sera alors intéressant de connaître les raisons des refus: difficulté à marketer le jeu, coûts de production trop élevés, marché saturé…. Parmi tous ces projets abandonné, il devrait normalement y avoir un jeu en réalité virtuelle.

Dans son message posté sur Twitter, Cliff Bleszinkski remercie tous ceux qui l’ont soutenu au cours de ces dernières années. Boss Key n’est plus mais les serveurs de Radical Heights vont continuer de fonctionner, encore quelques temps du moins. Le créateur américain souhaite maintenant prendre un peu de repos, un peu de recul sur cette situation. Il n’abandonne pas le monde du jeu vidéo. Il reviendra, mais on ne sait pas si ce sera pour un poste de dirigeant ou bien à la tête d’une nouvelle équipe de développement de jeu vidéo. Quand ce sera le cas, ce sera comme une revanche, chose dont aurait bien mérité de prendre Lawbreakers, l’un des jeux multi les plus sous-estimés de cette génération.