Accueil Jeux Vidéo Lawbreakers: à qui la faute? à la presse ou au jeu même?

Lawbreakers: à qui la faute? à la presse ou au jeu même?

PARTAGER
Boss Key revient sur les débuts de Lawbreakers

Depuis son lancement, Lawbreakers ne réussit pas à décoller. Cliff Bleszinski et Arjan Brussee, les deux co-fondateurs de Boss Key, sont revenus sur les déboires de leur FPS ultra-compétitif.

Quand Cliff Bleszinski parle de la presse et de la manière dont elle traite Lawbreakers, l’ancien créateur de Gears Of War ne mâche pas ses mots. “Ils recherchent juste les clics. Ils veulent uniquement générer des revenus publicitaires. Nous allons continuer de faire ce que nous faisons, et ils peuvent écrire ce qu’ils veulent. En ce qui me concerne, ils peuvent aller se faire voir. On va continuer à faire notre jeu pour nos fans.” a-t-il déclaré à GamesIndustry.biz.

Lawbreakers est disponible depuis août dernier sur PC et PlayStation 4. Après sa sortie, la presse a continué de parler du jeu. Mais très souvent, c’était pour évoquer ses serveurs qui, petit à petit, se désertent. Cliff Bleszinski laisse entendre que la presse est particulièrement friande de ce genre d’articles, ce qui porte forcément préjudice à son jeu.

L’ancien designer d’Epic Games reconnait toutefois que le CCU reste le plus grand problème de Lawbreakers. On appelle CCU le nombre de joueurs connectés en même temps. Plus il est élevé, plus il est simple de trouver des parties. Dans le cas de Lawbreakers, sur PC, le CCU est très faible. Il est très souvent inférieur à 100 d’après SteamSpy. Sur PlayStation 4, il serait supérieur mais ce nombre n’est pas connu. De ce que nous avons pu voir ces derniers jours, le matchmaking a souvent du mal. Il dure plusieurs longues minutes et parfois, après 5 minutes de recherche, on préfère lancer un autre jeu.

Lawbreakers est uniquement jouable en ligne. C’est un jeu tir compétitif très hardcore —du moins avant certaines mises à jour. Dans notre test de Lawbreakers, nous écrivions que ce n’était pas “un jeu grand public” et qu’on était face “à un excellent FPS ultra-compétitif.” C’est ce qui fait le charme de Lawbreakers. Indirectement, cela signifie aussi qu’il se tire une balle dans le pied.

Nous avons conçu un jeu hardcore et nous n’avons pas passé assez de temps à se demander comment on pouvait accueillir de nouveaux joueurs et faciliter leur arrivée” , explique Arjan Brussee. Il ajoute ensuite: “mais c’est quelque chose que nous pouvons réparer plus tard.” Des mises à jour de Lawbreakers ont ainsi été déployées pour rendre le jeu plus accessible. L’un des changements les plus notables reste cette jauge de vie qui remonte comme par magie si, au bout de quelques secondes, on ne participe à aucun combat. Survivre dans Lawbreakers est alors moins compliqué.

Malgré tout, les deux dirigeants de Boss Key continuent d’y croire. Que ce soit en passant par l’eSport, avec un futur portage sur Xbox One ou simplement en laissant le temps faire son effet, ils sont persuadés que Lawbreakers peut s’imposer. “Quand on évoque le marché des hero-shooters, j’ai toujours dit qu’il y avait de la place pour 3 ou peut-être 4 jeux. J’espère qu’on arrivera à s’immiscer dans cet espace.” déclare Cliff Bleszinski. Il aime aussi prendre en exemple CS:GO qui a mis près de deux ans avant de véritablement décoller. Selon lui, c’était lié aux loot boxes ou à la scène compétitive.

Lawbreakers est l’un des meilleurs titres de 2017, l’un des meilleurs FPS compétitif du marché. Mais ces serveurs (presque) vides l’empêchent d’avancer. Les patrons de Boss Key laisse entendre qu’ils sont prêts à se montrer patients avec leur jeu de tir. Mais ils ont aussi une boîte à faire tourner —plus de 60 personnes y travaillent. Le studio commence donc à plancher sur d’autres idées. L’une d’elles semble être un jeu VR Premium… un marché qui ne semble pas très viable actuellement, à moins de négocier une exclusivité. Peut-être qu’Oculus acceptera de sortir le chéquier comme ça a été le cas avec Respawn (Titanfall) et Ready At Dawn (The Order 1886). On retiendra surtout qu’entre un FPS élitiste et possible jeu VR, Boss Key ne cherche pas à se simplifier la vie.