Accueil Jeux Vidéo Doit-on venir à bout du marché de l’occasion?

Doit-on venir à bout du marché de l’occasion?

PARTAGER

Jameson Durall, Design Director chez Volition (Saints Row, Red Faction) et actuellement à la tâche sur un projet secret, a jeté un nouveau pavé dans la marre à l’encontre du marché de l’occasion. Dans un long texte publié sur #AltDevBlogADay, l’ancien Game Designer d’Electronic Arts explique qu’acheter un jeu d’occasion revient à le pirater.

I fully believe that we have to do something about these issues or our industry is going to fall apart – Jameson Durall

Reprenons les bases. L’énorme majorité des boutiques de jeux vidéo accepte de racheter les jeux déjà vendus, pour les mettre ensuite sur le marché de l’occasion. Lors de cette ‘seconde’ vente, c’est l’enseigne qui va alors toucher tous les bénéfices, tandis que l’éditeur du jeu ne recevra aucun centime. Le marché de l’occasion est financièrement intéressant pour les utilisateurs qui vont payer leurs jeux moins cher et pour les magasins qui finalement toucheront plusieurs revenus sur un même jeu. Ce marché est notamment indispensable pour les petits revendeurs de jeux vidéo qui peinent à faire face à la concurrence des grandes firmes (même si on parle aujourd’hui de la possible disparition de GAME en France)

Pour encourager les gens à acheter des jeux neufs, plusieurs méthodes ont été mises en place par les éditeurs: tout d’abord, les bonus de précommande, puis les éditions limitées avec artbooks/bandes originales/figurines, et enfin, le passe en ligne, permettant d’accéder aux fonctionnalités online (offert avec un jeu neuf, 10€ sur les jeux d’occasion). Mais cela ne semble pas suffire.

As Quantic Dream, I lost between €5 and €10 million worth of royalties because of second hand gaming – Guillaume de Fondaumiere

En septembre dernier, Guillaume de Fondaumière déclarait que le marché de l’occasion avait causé un manque à gagner estimé entre 5 et 10 millions d’euros à Quantic Dream pour Heavy Rain. Pour faire ce calcul, le Français s’est appuyé sur les données transmises par Sony: 3 millions de joueurs ont obtenu des trophées sur Heavy Rain, mais on ne dénombre que 2 millions de ventes. Cependant, cette différence ne peut être expliquée que par les jeux d’occasion. N’aurais-je ainsi pas le droit, une fois que j’ai terminé un jeu, de le prêter à un ami ou à un membre de ma famille? Après tout, on peut bien prêter un livre, un disque ou un film, non? Alors certes, le cinéma n’a pas le même modèle économique (sortie en salle, produits dérivés, DVD/BluRay, diffusion à la TV), mais les éditeurs de jeux vidéo ont quand même trouvé un bon filon avec les DLC, ces contenus téléchargeables qui allongent la durée de vie, et qui sont liés à un compte. Et ce ne sont ni Rockstar, ni Activision qui diront le contraire, avec les succès de chacun de leurs DLCs.

Jameson Durall utilise justement l’argument du DLC comme étant une bonne façon de lutter contre l’occasion et se dit également favorable à deux décisions/rumeurs de ces derniers temps. La première concerne la PSVita pour laquelle les jeux dématérialisés seront moins chers que sur support dit physique. Tandis que la seconde est liée à la rumeur sur la prochaine Xbox qui rendrait impossible l’utilisation des jeux d’occasion. Puisque ce n’est qu’un on-dit, on ne sait de quelle manière cela se ferait, mais Jameson Durall explique simplement que lier le jeu avec son compte XboxLive à l’aide d’un simple code, comme on peut le faire avec les DLC, serait intéressant. Bien entendu, il faudrait que tous les utilisateurs de la console puissent en profiter (et que tous les systèmes soient connectés à internet, ce qui n’est pas le cas de tous). Et concernant le prêt d’un jeu, il s’agirait alors tout simplement de transférer le droit d’utilisation à un autre GamerTag…

Microsoft intends to incorporate some sort of anti-used game system as part of their so-called Xbox 720 – Kotaku.com

Mais il ne faut pas non plus être vraiment dupe et comme on peut aussi le lire dans certains des commentaires, si seul Microsoft met en place ce système, alors Sony et Nintendo n’hésiteront pas à rappeler que chez eux, on peut acheter des jeux d’occasion (même si ce sont aussi deux éditeurs). Un argument de vente qui fera à coup sûr réfléchir les consommateurs. A moins que Microsoft, à condition que cette rumeur soit vraie on le rappelle, ne mette en place un système permettant de louer un jeu pendant quelques jours, pour un petit prix depuis le Xbox Live. En revanche, il sera alors toujours impossible de revendre ses jeux achetés.

Le Creative Director de Volition, qui précise bien que c’est sa propre opinion, conclut en disant que l’industrie doit vraiment trouver une solution à ce problème tout en ajoutant que les joueurs ne se rendent pas compte des coûts de développement pour des jeux proposés à seulement $60 (sic). Mais il ne faudrait pas non plus oublier que ceux qui revendent leurs jeux en profitent généralement aussi pour en racheter des neufs à côté…

Et finalement quid du cloud-gaming où tout se fait à distance, ne laissant ainsi que peu de chances de survie aux enseignes et au marché de l’occasion? David Perry (Aladdin, Earthworm Jim) déclarait le mois dernier que les revendeurs, en se spécialisant massivement dans l’occasion, poussaient les éditeurs à aller sur le terrain du marché digital

3 Commentaires

  1. On a un gros problème en France il faut dire (déjà il y a cette fameuse crise) mais surtout on est le pays d’Europe ou les taxes sur les jeux vidéos sont les plus élevées ! 70€ en France comme 50€ en Angleterre !  Tous le monde n’a pas les moyens de payer le prix fort et parfois le prix d’un jeu met du temps a baisser ! Pis ils se rattrapent bien avec leur DLC (EA qui nous sortent des DLC de battlefield 3 qui existaient avant la sortie du jeu !) et leur Online pass… C’est vrai qu’un jeu qui fait uniquement Un solo comme Heavy Rain ne peut pas mettre de Online Pass mais ils peuvent faire des DLC (ils avaient d’ailleurs commencé pour en sortir plusieurs et au final ils n’en ont fait qu’un seul…).

  2. Je suis tout à fait d’accord. Je n’achète presque plus de jeux neufs à cause du prix trop élevé. 
    Mais qu’allons nous faire des jeux que nous ne voulons plus garder?Tant que les jeux seront vendus en boite il y aura toujours un marché de l’occasion, même si celui çi doit devenir “underground”.

    Et puis, pourquoi ne pas appliquer les mêmes règles aux voitures, au TV, au matériel de puériculture que tout parents revendent une fois les enfants grands? A tout en fait!

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here