Accueil Jeux Vidéo La genèse de PlayStation All Stars Battle Royale

La genèse de PlayStation All Stars Battle Royale

PARTAGER

L’idée d’un Smash-Bros version Sony a souvent germé dans la tête des joueurs et il aura finalement fallu attendre la fin de vie de la PlayStation 3 pour en avoir un: PlayStation All Stars Battle Royale (PSASBR). Un titre à rallonge pour un jeu raillé par certains comme n’étant qu’une simple copie de Smash-Bros. Heureusement, le titre développé par SuperBot a aussi ses propres mécaniques de gameplay. Mais, au détour du stand de Sony au Paris Games Week, nous nous sommes plutôt intéressés à sa création en recontrant Daniel Maniago, community manager à SuperBot.

Le développement de PlayStation All-Stars Battle Royale a commencé il y a deux ans” nous indique Daniel, dans une des allées du Paris Games Week, à quelques centimètres des bornes faisant tourner PSASBR. Mais avant de partir sur le concept que l’on connait maintenant, SuperBot visait à l’origine un style bien différent. “Nous voulions créer un jeu de capture de drapeaux en 4 contre 4. Nous avions même créé les niveaux. Mais nous nous sommes rendus compte que le meilleur moyen pour mettre en avant les personnages était d’en faire un jeu de combat avec 4 personnages simultanément à l’écran.” Et à l’image du line-up de fin d’année de Sony (LBP Karting, Wonderbook, Sports Champions 2 . . .) Battle Royale recherche le côté convivial du jeu en multi entre amis. “On y joue sur son canapé chez soi avec ses proches, ou bien en ligne, que ce soit sur sa Vita ou sa PS3.”

PlayStation All-Stars Battle Royale est le premier jeu de SuperBot Entertainement. Un studio créé spécialement à cette occasion, et rattaché à Santa Monica Studio (God Of War) et qui “comprend de nombreux vétérans de l’industrie du jeu vidéo, tous des fans de jeux de combat.”  Cependant, il se mumure qu’au commencement, Naughty Dog avait été approché pour développer ce jeu. “Une information erronée” sourit Daniel Maniago, “une simple plaisanterie de notre président.”

L’histoire de PlayStation All-Stars Battle Royale est aussi très mouvementée. “Nous avons fait l’officialisation du jeu en avril.” Pourtant, nous vous en parlions déjà il y a maintenant un an après les révélations fracassantes du site PaulGaleNetwork.com, photos à l’appui. “Nous avons des fans qui aiment partager certaines informations. . .” glisse-t-il.

Mais c’est lors de la diffusion de la beta cet été que les fuites se sont accélérées. En effectuant quelques recherches dans les fichiers de la démo, des internautes ont révélé une grande partie du casting final, dont Raiden version Revengeance. Ce dernier a en plus vu sa vidéo de présentation apparaitre sur le net quelques jours avant sa date initiale, ce qui a un peu froissé Kojima Productions et Platinum Games, comme le révèle cette interview par GameTrailers à partir de la deuxième minute. Le community manager admet alors qu’il “y a peut être eu quelques erreurs de [leur] côté.” Cela a ainsi anéanti quelque peu les effets de surprises et les annonces ont pour ainsi dire confirmé ce que l’on savait déjà. Elles se sont aussi multipliées à la fin août, avec la révélation de pas moins de 8 personnages, laissant ainsi le TGS orphelin de toute présentation de nouveaux combattants. Daniel tempère alors: “Nous avons profité du Tokyo Game Show pour montrer de nouveaux niveaux, comme celui de LocoRoco.” Soit.

Avec 20 personnages dans les startings blocks, le casting de PlayStation All-Stars Battle Royale est bouclé. Comme on pouvait s’en douter, de nouveaux protagonistes arriveront après la sortie du jeu sous la forme de contenus téléchargeablesNous prévoyons d’assurer un suivi du jeu après son lancement le 20 novembre, que ce soit en terme de niveaux ou bien de personnages” confirme Daniel Maniago, tout en ajoutant que 14 arènes seraient incluses dès le départ.

Si Nintendo a Mario, et Microsoft a Masterchief, Sony a longtemps semblé refuser d’avoir une mascotte. L’exemple le plus flagrant se retrouve avec Naughty Dog qui, après avoir créé avec un immense succès Crash Bandicoot, est passé à Jak, puis à Nathan Drake en trois générations de console. Il faut dire qu’à l’époque où la PS1 et la PS2 dominaient le marché, de nombreux héros, souvent d’éditeurs tiers, tels que Rayman ou Lara Croft, étaient fortement liés au constructeur japonais. Depuis, les choses ont bougé et les exclusivités se font très rares. PSASBR sera ainsi l’occasion de remettre sur le devant de la scène des personnages quelque peu oubliés, provoquant parfois un grand écart générationnel et des duels suprenants. “Ça fait justement partie  du charme du jeu. Drake vs Kratos vs Fat Princess vs Parappa The Rapper. . . Nous voulions mélanger les genres.”

Nul doute que le jeu servira aussi pour mesurer la popularité d’anciens héros partis en retraite anticipée. Une forme de seconde chance en fin de compte, à l’image de Nariko qui, après un épisode n’ayant guère convaincu la critique et qui a vu sa suite tout simplement annulée, fera tout pour saisir cette opportunité. En fait, SuperBot s’est focalisé sur deux critères pour composer sa dream-team. Tout d’abord les personnages les plus icôniques et préférés du grand public. Et deuxièment, ceux qui seraient intéressants à intégrer. C’est ainsi que par son style de combat, Nariko a su convaincre SuperBot, nous explique Daniel. Mais si le développeur américain a ratissé large, certains noms manquent encore à l’appel. “Nous sommes toujours en pleine négociation avec les ayants-droits pour une intégration dans le jeu.” Lesquels? On ne le sait pas encore mais Crash pourrait être l’un des DLC, tant sa popularité reste grande aujourd’hui. Mais la décision finale reviendra à Activision, propriétaire du personnage.

1 COMMENTAIRE

  1. Le jeux est plutot sympa, mais c vrai qu’il manque des persos, comme Crash bandicoot, spyro, un des héros de Final fantaisy, le perso de Hitman, Solid Snake, ou encore, et c mon préféré, RAZIEL !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here