Accueil Jeux Vidéo Onrush, la revanche de Motorstorm

Onrush, la revanche de Motorstorm

PARTAGER
Onrush, par les créateurs de Motorstorm

Onrush a été révélé lors de la conférence de Sony à la Paris Games Week. Ce n’est pas forcément l’annonce que l’on retiendra de ce show. Ghost Of Tsushima, le nouveau jeu de Sucker Punch, et le trailer ultra violent de The Last Of Us: Part II ont logiquement volé la vedette au jeu de course de Codemasters. L’officialisation de Onrush reste néanmoins importante. Elle marque officieusement le retour de la franchise MotorStorm.

Dans le passé, Codemasters a essayé de se diversifier avec des jeux de tir. Le succès n’a semble-t-il pas toujours été au rendez-vous. Depuis quelque temps, l’éditeur anglais se concentre à nouveau sur ce qu’il sait faire de mieux: des jeux de course. Ces dernières semaines, il y a eu F1 2017 et DiRT 4. Et dans les prochains mois, il y aura Onrush.

Onrush est prévu pour l’été 2018 sur PlayStation 4 et Xbox One. Il est conçu par les anciens créateurs d’Evolution Studios. Ce dernier était autrefois la propriété de Sony. Le géant japonais a cependant souhaité se séparer d’Evolution en mars 2016. “Ce n’était pas vraiment une surprise” , nous dit Paul Rustchynsky. Le Game Director de Driveclub et de Onrush admet à demi-mot savoir ce qui se passait en coulisse; une partie de ses équipes était déjà un peu anxieuse fin 2015, avant que cette décision ne soit officiellement prise.

La fermeture d’Evolution studios a toutefois permis à ces fans de jeux course d’intégrer l’éditeur numéro un dans ce domaine. Paul Rustchynsky n’en veut pas à Sony. Quand on lui rappelle les 2 millions de ventes de Driveclub et qu’on lui demande si ce sont les DLC qui n’ont pas été assez performants, il préfère répondre qu’il s’occupait surtout du côté créatif. Il n’en reste pas moins très heureux d’avoir pu toucher des millions de joueurs et indique avoir toujours une très bonne relation avec Sony: “Nous étions là, sur scène, ce lundi, pour montrer ensemble notre nouveau jeu, Onrush.

Si on évoque beaucoup Driveclub, c’est parce qu’il s’agit du dernier jeu vidéo sorti par Evolution Studios, époque Sony. Le trailer de Onrush diffusé au cours de la conférence du japonais à la Paris Games Week rappelle toutefois une autre production d’Evo‘: MotorStorm. Pendant de longues années, l’équipe anglaise a travaillé sur cette licence qui a exploré différents environnements. Il est amusant de voir que cette bande-annonce montre de la neige. La trilogie MostorStorm préférait à l’époque la boue ou la poussière. Il y a bien eu Arctic Edge (PSP, PS2), mais il a été conçu par BigBig Studios, qui a fermé en 2012.

Avec Onrush, Paul Rustchynsky promet plusieurs environnements et types de véhicules différents. Mais il n’a pas encore cette volonté de détailler —les informations arriveront sans doute au compte-gouttes, comme l’ont été décidés les plans de communication. Au niveau du gameplay, on devrait retrouver un jeu nerveux, des courses dynamiques, des tracés multiples… Il faudra attendre les premières vidéos de gameplay pour découvrir les véritables promesses de Onrush. On retiendra aussi que ce titre devrait être un peu plus sage que les MotorStorm. Cette série était habituée à recevoir un PEGI 12 ou 16 tandis que Onrush vise pour le moment le PEGI 7.

Si tout se passe comme prévu, Onrush aura eu deux années de développement, s’étalant du printemps 2016 à l’été 2018. C’est assez court pour une nouvelle licence, d’autant plus qu’à ses début, Evolution, version Codemasters, planchait sur deux projets en même temps: Onrush, bien sûr, et un certain Driveclub VR à terminer pour le compte de Sony.

Paul Rustchynsky précise qu’une cinquantaine de personnes travaillent sur Onrush. C’est finalement assez peu. Lors de sa dernière année de développement, Driveclub était fignolé par une équipe deux fois plus importante. Il ne faut pas non plus oublier qu’Evolution version Codemasters a dû repartir de zéro et qu’Onrush est un jeu multiplateforme. En plus de la PS4, ce jeu de course sortira aussi sur Xbox One. Aucune version PC n’a été annoncée et il en va de même pour la Switch.

Ces difficultés liées à une équipe de taille réduite auront forcément un impact sur le jeu. Cela se voit d’ailleurs dans le trailer: au niveau de sa carrosserie, Onrush n’impressionne pas vraiment. On est par exemple bien loin d’un Forza Horizon 3.

Onrush compte séduire grâce à son gameplay —même si celui-ci reste encore un peu secret— et veut s’appuyer sur les joueurs pour cela. C’était déjà un peu le cas sur Driveclub à l’époque, l’un des premiers Games As A Service de cette génération. “Nous étions l’un des premiers jeux à adopter ce modèle. Nous voulions être sûr de pouvoir répondre aux attentes de la communauté, écouter leurs retours et ajouter le contenu qu’ils désiraient. C’était l’un des aspects les plus intéressants de notre travail sur Driveclub.” explique Paul Rustchynsky. Le créateur anglais aime aussi prendre l’exemple de Rocket League et indique en substance que placer la communauté au coeur même du projet permet d’essayer de nouvelles choses et voir rapidement si ça marche.

L’intention semble sincère si on se fie à l’ascension fulgurante de Jamie Brayshaw. Ce dernier était autrefois un gros joueur de Need For Speed Most Wanted sur PS2, notamment en ligne. Il a alors été remarqué par Electronic Arts qui lui a proposé de gérer cette communauté. Jamie a ensuite atterri chez Evolution pour plancher sur la série des MotorStorm et Driveclub, toujours au même poste. C’est lui qui, à l’époque, mettait sur sa propre chaîne Youtube les trailers des mises à jour et des DLC de Driveclub. C’était le seul moyen d’obtenir des infos sur ce titre, Sony ayant cessé d’en faire la communication sur ses canaux officiels. Quand on demande à Jamie Brayshaw pourquoi le constructeur japonais a agi ainsi, il dit ne pas savoir.

Ce passionné de jeux de course a suivi le reste de l’équipe Evolution chez Codemasters. Il a cependant troqué sa combinaison de Community Manager pour celle d’Assistant Game DirectorJamie Brayshaw est un peu le co-pilote de Onrush. Une sacrée prouesse pour quelqu’un qui ne code pas. Il apporte en fait au projet sa vision et ses connaissances, notamment les attentes des fans du genre.

On peut d’ailleurs se demander si les fans du genre sont encore nombreux. Les jeux de course très arcade se font rares ces derniers temps. Sony n’a pas souhaité financer de MotorStorm 4. Criterion a rangé sa série des Burnout au placard et a annulé son projet Beyond Cars. Forza Horizon et Need For Speed sont quant à eux différents; ils ont une plastique de rêve et misent sur un monde ouvert. Paul Rustchynsky et Jamie Brayshaw assurent avoir des idées uniques pour leur jeu. Onrush en aura sans doute besoin pour redevenir le roi d’un genre rangé au garage depuis trop longtemps.