Home Jeux Vidéo Stadia : Google ferme (déjà) ses studios internes développant des exclu

Stadia : Google ferme (déjà) ses studios internes développant des exclu

1267
0

Google a officiellement annoncé la fermeture de tous ses studios internes qui travaillaient sur des exclusivités Stadia. Le service de cloud gaming reste en revanche toujours en activité.

Non, Stadia n’est pas mort. En revanche, le service de Google va évoluer: dans un communiqué officiel, le géant américain a annoncé un sérieux changement de politique.

Stadia a ouvert plusieurs studios internes en 2019 et 2020, puis les ferme en 2021

C’est à la GDC 2019 que Google a révélé et présenté Stadia, son service de Cloud Gaming. Les démonstrations étaient bluffantes, avec notamment la possibilité de jouer à Assassin’s Creed : Odyssey sur n’importe quel écran connecté, sans temps de chargement ; on pouvait passer de son téléphone à un ordinateur en un clin d’oeil, sans perdre l’avancée de sa partie.

Pour montrer que ses ambitions étaient réelles, Google avait même fait monter sur scène Jade Raymond. L’ancienne productrice d’Ubisoft et directrice d’EA Motive déclarait avoir pris les rênes de Stadia Games and Entertainment (SG&E). Il s’agissait grosso-modo de l’entité supervisant toutes les productions internes de Google; c’est l’équivalent de Xbox Game Studios ou PlayStation Studios.

A la fin de la présentation, Jade Raymond dévoilait Stadia Games and Entertainment. C’était en mars 2019.

Quelques mois plus tard, SG&E annonçait l’acquisition de Typhoon (Journey To The Savage Planet) et la création d’une nouvelle équipe en Californie. A sa tête, on retrouvait Shannon Studstill, ancienne directrice de Sony Santa Monica (God Of War). Bref, Stadia voulait montrer qu’il était ambitieux et déterminé à réussir.

Pourtant, en ce lundi 1er février 2021, Google a annoncé qu’il fermait Stadia Games and Entertainment. Mis à part les projets prévus pour cette année, il n’y aura plus aucun investissement de faits dans cette division. La stratégie des exclusivités prend fin, et Jade Raymond quitte Google.

Plus d’une centaine de développeurs se retrouvent impactés par cette décision. Certains trouveront sans doute un poste au sein même de la maison mère, mais pour d’autres, ce sera forcément compliqué.

Google continue de croire en Stadia

Il faut bien comprendre que Stadia ne va pas fermer. Au contraire, il va perdurer. Dans son communiqué, Google explique continuer à « multiplier les efforts pour aider développeurs et éditeur à tirer avantage de cette plateforme. »

On assiste en fait à un repositionnement de Stadia. Google ne vise plus les joueurs (B2C) mais les entreprises (B2C). Le géant américain veut offrir sa technologie aux sociétés et de ce fait, devenir une marque blanche. On ignore qui seront ses futurs partenaires. En tout cas, on imagine mal une alliance avec Microsoft, Sony ou Nintendo. Les deux premiers cités utilisent Azure tandis que la Switch fait confiance à Ubitus.

Google assume pleinement cette décision ; c’est la meilleure solution à long terme, explique-t-il. Et cela l’oblige à mettre un coup d’arrêt à certaines de ses dépenses. Le communiqué rappelle ainsi que développer des jeux demande de longues années et beaucoup de moyens humains et financiers. Et visiblement, Google n’a pas de temps à perdre.

Que les abonnés Stadia se rassurent : ils vont pouvoir continuer à jouer à chacun de leurs jeux. En revanche, ils doivent faire une croix sur les exclusivités que promettait Google.

Cette annonce fait quelque peu écho à l’article sorti par Bloomberg la semaine dernière. Le média américain rapportait qu’Amazon éprouvait aussi pas mal de difficultés dans la création de jeux ; la faute à une technologie inadaptée, une ambiance parfois compliquée, et des demandes irréalisables de la part des supérieurs hiérarchiques. On ne le redira jamais assez : développer un jeu vidéo est beaucoup plus complexe qu’on ne le pense. Ça demande du temps, de l’argent, et une véritable connaissance du milieu.

Previous articlePS5, XSX : les problèmes de stocks des consoles Next-Gen vont perdurer
Next articleLa PS5, c’est 4,5 millions de ventes (et presque autant pour Miles Morales)