Accueil Jeux Vidéo Test: Hitman 2 — Suite ou nouvelle Saison?

Test: Hitman 2 — Suite ou nouvelle Saison?

PARTAGER
Test de Hitman 2 sur PS4

En 2016, pour le retour de la franchise Hitman, on évoquait un reboot. C’était surtout un épisode qui revenait aux origines même de la série après avoir tenté un virage plus grand public. Absolution était un jeu d’action moyen et un mauvais Hitman. Le reboot de 2016 était en revanche un titre fantastique, parfaitement adapté à son époque. Deux ans plus tard, avec Hitman 2, on note quand même plusieurs changements: un nouvel éditeur (Warner au lieu de Square) et l’abandon du format épisodique qui lui allait pourtant si bien. Est-ce en soi une mini-révolution? Pas du tout car avec Hitman 2, l’Agent 47 ne fait que poursuivre ce qu’il avait entamé lors de son dernier périple.

Il faut parler de Hitman 2 et non de Hitman: Saison 2. Pour IO Interactive, maintenant indépendant, la nuance est sans doute importante. Cela exclut moins ceux qui seraient tentés par ce jeu sans avoir fait le précédent. Cela tend aussi à indiquer que l’on poursuit l’histoire aperçue dans le reboot à base de sociétés secrètes. Dans Hitman 2, on retrouve toujours ces cinématiques avant et après chaque mission. Il y a fort à parier que beaucoup les oublieront rapidement. Le surplus de personnages et les rebondissements en tout genre ne parviennent pas à rythmer une histoire finalement peu palpitante. On notera aussi qu’il ne s’agit bien souvent que de simples artworks et non de véritables vidéos. Est-ce un manque de moyens? Peut-être. Est-ce un manque d’ambition global? Non. Hitman 2 est clairement dans la continuité du reboot de 2016. Et pourtant, quand on lance le jeu la première fois, on craint le pire.

Un départ d’une tristesse absolue

La première mission de Hitman 2 est peu intéressante et rappelle le parc d’attraction de Blood Money. Il s’agit en fait d’un didacticiel des plus maladroits où on voit débarquer l’Agent 47 sur une plage, de nuit, avec une combinaison tactique. Le voir ensuite courir sur 200 mètres, droit comme I, pour pénétrer dans une villa non-habitée est douloureux. On a généralement l’habitude de voir l’homme au code barre en costard cravate, fendre la foule, le regard fixé sur sa cible. Comme il s’agit d’un tuto’, on l’excuse. En revanche, pourquoi re-proposer ensuite le didacticiel de Hitman 2016? C’est incohérent et ça fait doublon même si cette suite aime rendre hommage à son prédécesseur. Toutes les missions du 1 sont ainsi intégrées au jeu… à condition d’avoir acheté auparavant Hitman 1. Drôle de promotion que de dire 1 acheté = 1 acheté. On se moque un peu mais cela permet en fait de profiter de tout le contenu au même endroit et de bénéficier des quelques nouveautés de gameplay. On pense aux reflets dans les miroirs ou la possibilité de se camoufler dans les hautes herbes ou la foule, toujours aussi impressionnante.

Sur les six mission promises, on n’en compte donc que 5 en réalité. La première, sur la plage, est bien trop courte et n’est qu’un simple niveau entrainement. Elle n’est même pas compatible avec le Mode Contrat. Rappelons que ce mode additionnel rallonge considérablement la durée de vie du jeu. Cela consiste à désigner un PNJ sur une carte et à l’éliminer en suivant certaines conditions (costume, arme…). Chacun est ensuite libre de faire cette mission en ligne et de comparer son score (furtivité, temps…) avec ses camarades. Avant d’évoquer plus en détail les missions de Hitman 2, précisons aussi que cette suite donne accès à un mode Sniper (éliminer une quinzaine de personnes sur une unique map, seul ou en coop) et à un mode multi asynchrone. Ce dernier semble limité à une seule carte (Miami) et demande à deux joueurs d’éliminer successivement des cibles; on affronte alors un ghost, façon Trackmania. Les deux joueurs n’interagissent pas ensemble mais sont soumis aux mêmes règles. La difficulté dans ce mode multi n’est pas de faire preuve de discrétion mais plutôt de réussir à trouver les cibles. La raison est simple: les maps de Hitman 2 sont immenses.

Des secrets à tous les étages

C’est sans doute ce qui surprend le plus en débarquant dans une nouvelle mission: les lieux sont gigantesques. Il faut de très très longues minutes pour apprivoisé un minimum ces maps. Hitman 2, comme son prédécesseur, révèle tout son potentiel quand le joueur maitrise tout sur le bout des doigts. Il existe bien sûr un plaisir lié à la découverte mais la première fois, on retient surtout ce surplus d’information. Les cartes sont tellement grandes —il y a des bâtiments sur plus de 6 étages— qu’elles en deviennent presque effrayantes. Tout a beau être logique et cohérent —le level design est excellent, cela est très intimidant au début. D’autant plus qu’Hitman reste Hitman. Pour éliminer ses cibles, le plus discrètement possible, il faut traquer et tendre des pièges. C’est un vrai travail de détective: il faut trouver des informations, observer l’environnement, et réussir à amener sa proie à un endroit bien précis.

Hitman 2 paraît encore plus hardcore que le reboot de 2016 et est de ce fait largement destiné aux fans de 47. Plus que jamais, l’expérience de jeu se fonde sur la notion même de répétition. C’est le seul moyen de tout connaître et de découvrir les nombreuses subtilités du jeu. Cela demande donc du temps et un certain investissement. On peut facilement terminer toutes les missions en moins de 5 heures, mais ce n’est alors que le début de l’aventure. La rejouabilité est immense. Il existe à chaque fois plusieurs moyens uniques (et spectaculaire) pour abattre une cible. A mesure que l’on joue, on engrange aussi de l’XP, ce qui donne accès à de nouveaux jouets, dont un fusil sniper à transporter dans une mallette. Les développeurs de IO Interactive évoquent des niveaux Bac à Sable et ne s’y trompent pas. Ces terrains de jeu sont le théâtre de diverses expériences où les assassinats peuvent être très variés. Mieux encore, on évolue dans un univers crédible et cohérent où les discussions de chaque PNJ permettent toujours d’en apprendre plus sur ces lieux et les cibles.

Hitman (saison) 2

Le format épisodique était parfait à Hitman. L’idée même de répétition était alors assumée. En donnant accès à tout le contenu, il faut se forcer à ne pas se disperser. Outre la triste plage évoquée plus haut, on retrouve au programme:

  • une course automobile à Miami (2 cibles, dont une pilote)
  • un cartel de drogue caché dans la jungle colombienne (3 cibles réparties à 3 endroits bien différents)
  • les rues bondées de Mumbai (3 cibles dont une non-identifiée et un producteur de Bollywood)
  • un quartier chic américain surveillé de près par les services secrets (2 cibles et une demi-douzaine de demeures à explorer)
  • un château fort perché sur une île (traquer des jumelles lors d’une cérémonie un peu spéciale)

Chacune de ces maps hérite d’une ambiance et d’une personnalité unique. Toutes ont des zones où l’Agent 47 peut librement circuler et d’autres où il doit revêtir un costume pour que la sécurité le laisse tranquille. L’IA est d’ailleurs plutôt bonne et réagit bien. Parmi les différentes tenues à récupérer, il bien sûr celles des gardes, mais aussi celles liées à des personnages bien précis. On peut ainsi évoluer sous les traits d’un agent immobilier ou d’un médecin. Ce genre de costume offre naturellement quelques avantages et permet souvent de s’approcher des cibles. C’est en terminant la première fois chaque mission et en fouillant dans les menus défis que l’on note la richesse de chacun de ces lieux. On découvre la multitude de scénarios possible. Tout cela pousse à refaire encore et encore les missions pour découvrir chacun des secrets de ces maps.

Hitman 2 est un jeu créé pour les fans de la franchise. Ce n’est pas un titre qui vise à élargir son audience; choisir l’action se révèle peu intéressant à jouer. Hitman 2 est un jeu qui demande du temps et qui sait récompenser ceux qui s’investissent dans ce titre. Avec ses contrats et ses cibles fugitives, il hérite d’une copieuse durée de vie malgré son nombre de map réduit. Bref, avec Hitman 2, l’Agent 47 ne rate pas sa cible et fait uniquement ce qu’on lui demande. Les nouveautés sont presque inexistantes; c’est la même expérience qu’avant. C’est en soi une bonne nouvelle et le signe qu’on a surtout affaire à une Saison 2.

Hitman 2 est développé par IO Interactive et édité par Warner Bros. Jeu sorti le 13 novembre sur PC, Xbox One et PlayStation 4. Ce test de Hitman 2 a été réalisé sur une PS4 normale. PEGI 18.