Home Jeux Vidéo Epic Games rachète les créateurs de Fall Guys, le studio Mediatonic

Epic Games rachète les créateurs de Fall Guys, le studio Mediatonic

2198
0

Epic Games a officiellement annoncé l’acquisition de Mediatonic, le studio responsable de Fall Guys.

Mediatonic n’est plus un studio indépendant. L’équipe anglaise vient en effet de se faire racheter par Epic Games, pour un montant inconnu. Cette équipe anglaise est notamment connue pour Hatoful Boyfriend, un jeu de drague avec des pigeons, Gears Pop, une sorte de Clash Royale dans l’univers de Gears Of War, et, bien sûr, Fall Guys. Ce dernier a débarqué l’été dernier sur PS4 et PC où il rapidement connu un immense succès. Depuis, ça s’est tassé, mais ce Battle Royale à la sauce Intervilles / Takeshi’s Castle reste très populaire.

Qu’est-ce qui va changer dans Fall Guys à la suite de ce rachat par Epic Games?

Pas grand chose, selon les dires de Mediationic. Ses plans restent même identiques. Les versions Switch et Xbox sont toujours prévues pour cet été, et Fall Guys restera sur Steam.

On se méfie toutefois un peu. Lorsque Epic Games a racheté les développeurs de Rocket League, cela a provoqué quelques changement. Tout d’abord, le jeu ne peut plus être acquis sur Steam; il faut passer par l’Epic Games Store sur PC. Et enfin, il est passé en Free-To-Play.

Mediatonic précise que Fall Guys restera un jeu premium, comprendre payant. On ne sait pas si ce sera toujours le cas. Ce serait toutefois logique que, d’ici quelques années, Fall Guys passe en Free-To-Play. Avec tous les skins à acheter, il y aurait facilement de quoi monétiser le jeu.

Dans un futur proche, Mediatonic espère pouvoir ajouter pas mal de fonctionnalités de Fortnite et Rocket League dans Fall Guys. Il s’agit d’aspects techniques comme ce système de compte ou de cross-play. On notera toutefois que Fall Guys utilise la technologie Unity tandis que Rocket League et Fortnite sont de dignes représentants de l’Unreal Engine, le moteur maison d’Epic Games…

Previous articleSony Japan Studio : une fin qui est, hélas, logique
Next articleSwitch 4K : des infos sur l’écran (et un peu plus encore)