Accueil Jeux Vidéo En 2018, Red Dead Redemption 2 est-il une anomalie?

En 2018, Red Dead Redemption 2 est-il une anomalie?

PARTAGER
Red Dead REdemption 2, un titre qui se joue des modes du moment

Red Dead Redemption 2 est le jeu événement de 2018. Il s’agit du titre le mieux noté de cette génération, à égalité avec Zelda: Breath Of The Wild. En l’espace d’une semaine, RDR 2 s’est vendu à 17 millions d’exemplaires, ce qui correspond aux performances de son prédécesseur au cours de ses 8 années de commercialisation. Le nouveau jeu de Rockstar est bien sûr ultra-favori au titre de jeu de l’année 2018. Ce serait même logique qu’il remporte tous les suffrages. C’est un jeu unique. Mais peut-être l’est-il trop. Il ne serait pas étonnant que certains restent insensibles au charme d’un jeu qui ne correspond pas aux modes du moment.

En dépit de ce que peut indiquer son titre, Red Dead Redemption 2 n’est pas la suite du jeu sorti en 2010. Il en est sa préquelle. Il revient sur des événements passés, sur ce qui a bien pu pousser John Marston à faire cavalier seul. Pour découvrir cela, le joueur se glisse dans les fringues d’Arthur Morgan, un cowboy à la gueule carrée, membre de la bande de Dutch, comme Marston. L’aventure débute sous une tempête de neige, un paysage que l’on n’associe pas forcément aux cowboys. Eclairé par un sublime clair de Lune, tout ce gang essaye de trouver un refuge. Dès le début, le joueur est tenu par la main. C’est logique, c’est un peu le tutoriel. Mais on se rend compte que cela va finalement durer pendant de nombreuses heures.

Dans Red Dead Redemption 2, Rockstar veut tout contrôler

Red Dead Redemption 2 est conçu par Rockstar et cela se ressent naturellement. Après tout, le développeur aurait tort de changer sa formule alors que son dernier jeu en date, GTA V, s’est vendu à 100 millions d’exemplaires dans le monde. Pour caricaturer, Rockstar sait fabriquer des mondes ouverts absolument incroyables, et il aime dicter au joueur ce qu’il faut faire: les endroits où se placer, les choses à activer, les actions à réaliser… Tout est énormément scripté mais dans un but bien précis: contrôler du début à la fin l’expérience Red Dead Redemption 2.

Bien sûr, cela vaut pour le mode solo —le multi sera lancé plus tard ce mois-ci— et plus précisément ses missions principales. Chacun est libre de prendre son cheval et de galoper dans les plaines et autres environnements. Il y a ceux qui voudront simplement découvrir de somptueux paysages, d’autres qui partiront à la chasse/pêche, tandis que certains essaieront de découvrir chaque secret d’un monde façonné de manière brillante. Il ressort de cet univers un véritable sentiment de vie où chaque lieu et chaque personne ont une histoire. Tout est crédible et on sent bien que les quelques 3000 développeurs ont pris soin de tout détailler.

La folie du détail

Il est fou de voir à quel point tout a bénéficié d’une incroyable attention. Oui, le jeu est magnifique. Oui, chaque moment mérite que l’on s’arrête pour admirer le talent des artistes de Rockstar. Mais ce qui impressionne le plus, ce sont les animations. On passera le fait que le jeu est jouable à la première et à troisième personne, pour s’attarder sur chaque geste, fidèlement reproduit.

On peut prendre en exemple les moments où il faut récupérer la peau d’un animal. Dans un jeu comme Far Cry, cette action existe. A chaque fois, le personnage hérite de la même animation et donne l’impression d’arracher un organe, tandis que la bête au sol a conservé son apparence. Dans Red Dead Redemption 2, ça ne se passe du tout ainsi. Tout a été pensé. Suivant le gabarit de l’animal, Arthur Morgan adapte ses gestes. Ces derniers sont précis et permettent de récupérer la fourrure; il y a même des animations complexes avec des plis en tout genre. On ne s’en rend peut-être pas compte mais ce genre de détail a dû demander énormément de ressources pour seulement quelques secondes en jeu. Beaucoup auraient fait l’impasse sur ce genre d’action, mais pas Rockstar. Et tout ça pour que l’expérience et l’immersion s’en sortent renforcées. Indirectement, Red Dead Redemption 2 va instaurer de nouveaux standards peu réalisables par les équipes n’ayant pas un budget illimité.

500 000 lignes de dialogues (et ça se sent)

Red Dead Redemption 2 est un jeu absolument fou. On retient essentiellement de cette aventure cet incroyable voyage américain au sein d’un gang à la fin du XIXè siècle. La dernière production de Rockstar est très bavarde mais tout est parfaitement écrit. Les trajets sur son canasson ou le retour dans son camp sont l’occasion d’en apprendre davantage sur chaque membre qui compose cette grande famille. Au final, on joue autant à Red Dead Redemption 2 pour sa beauté que pour son histoire.

Le gameplay de RDR 2 n’est quant à lui pas si ouvert. Il permet certes parfois de miser sur l’infiltration, mais on est loin de ce que propose la concurrence. On peut aussi évoquer un grand nombre de commandes à utiliser, des personnages très lourds et des gunfights qui, de base, se font à travers une visée automatique. Dans quel but? Fluidifier l’action et rendre les affrontements plus simples. Heureusement, tout cela peut se désactiver et le joueur peut avoir les pleins pouvoirs. Il doit néanmoins se battre contre quelques mouvements de caméra un peu hasardeux. Au final, l’ensemble manque de punch et de réactivité. Pour reprendre l’exemple des animations, à force de les multiplier, on perd un peu en intensité et en rythme. Fouiller un corps à la recherche de munition prend ainsi plusieurs secondes. Face à une dizaine de cadavres, on réfléchit à deux fois avant de faire les poches de chacun.

Une autre vision du jeu vidéo

Si on se fie aux tendances de ces derniers mois et même années, Red Dead Redemption 2 est presque une anomalie. Comme dit plus haut, en ce qui concerne la trame principale, Rockstar maitrise tout de A à Z. Or, nous sommes à une époque où il se dit que le joueur doit s’approprier le jeu. Fornite l’a bien compris. Il a ainsi une narration qui est très mystérieuse; chacun est libre d’interpréter comme il le souhaite les mini-cinématiques et les différents événements qui se déroulent sur cette île.

En novembre 2016, dans une interview au monde, Serge Hascoët, directeur créatif d’Ubisoft expliquait d’ailleurs que son objectif était que les joueurs vivent des moments uniques. « Personne n’a envie de partager une belle cinématique. […] Je ne veux plus qu’il subisse l’histoire créée par quelqu’un. […] Je demande de plus en plus que l’on laisse le joueur écrire sa propre histoire, qu’il se fixe lui-même un objectif long terme, identifie les différentes opportunités qui s’ouvrent à lui, choisisse et ne suive pas un chemin décidé pour lui. » Dans Red Dead Redemption 2, rien de cela n’est suivi. Tout est scénarisé, les cutscenes s’enchaînent et plusieurs actions contextuelles rythment les missions.

Un succès qui rassure

Malgré tout, si chacun des aspects de RDR 2 n’est pas toujours optimal, en terme d’expérience, il frôle la perfection. On le disait encore il y a quelques temps: si Red Dead Redemption 2 plaît, c’est pour les promesses de son monde ouvert et de son histoire, plutôt que ses mécaniques de jeu. Il y a certes des situations très variées, un souci du détail poussé à l’extrême, mais rien qui ne soit en fin de compte si inédit.

Red Dead Redemption 2 n’en reste pas moins un jeu colossal, un titan qui tranche dans le paysage vidéo-ludique actuel. En matière de jeux en monde ouvert, il rappelle qui est le véritable shérif, même si beaucoup le verront comme un chef d’oeuvre qui leur tombe des mains. Car finalement, en 2018, nombreux sont ceux qui ne sont plus habitués à ce style de de jeu très scripté. Il est donc rassurant de voir que Red Dead Redemption 2 explose déjà les compteurs. Il sera néanmoins intéressant de voir le pourcentage de personnes qui se laisseront porter jusqu’au bout de l’aventure. On peut déjà avoir une petite idée en regardant les trophées même si le jeu est encore bien trop récent. On parle quand même d’un titre qui nécessite plus de 50 heures pour être fini et au moins le double pour découvrir la plupart de ses secrets. Dans tous les sens du terme, Red Dead Redemption 2 est un jeu hors-norme.