Home Jeux Vidéo Xbox Series X|S, Game Pass, xCloud: Microsoft peut-il tout révolutionner?

Xbox Series X|S, Game Pass, xCloud: Microsoft peut-il tout révolutionner?

Entre la Xbox Series S, la Xbox Series X, le xCloud et le Game Pass, la stratégie next-gen de Microsoft est surprenante. Le constructeur américain vise très large. Il ambitionne de plaire à tout le monde. Et pour ça, il est prêt à tout révolutionner. Et à ce petit jeu là, personne ne peut dire s’il a raison d’attaquer sur tous les fronts.

Xbox Series X, Xbox Series S: c’est une première

Jamais un constructeur n’a dans le passé proposer au lancement deux consoles next-gen très différentes. Généralement, c’est une machine unique, ou bien quelques variantes liées aux capacités de stockages. Avec la Xbox Series S et la Xbox Series X, Microsoft innove. Ce sont bien deux modèles n’ayant pas les mêmes caractéristiques.

La Xbox Series X, c’est le haut de gamme. Il s’agit de la console la plus puissante du marché, dépassant même la PlayStation 5. Comparée à la Xbox Series S, elle a plus de RAM et un meilleur GPU. Enfin, la Xbox Series X est plus chère: elle coûtera 499€ à sa sortie.

La Xbox Series X, la console la plus puissante jamais conçue. Ou du moins, en 2020.

La Xbox Series S est un modèle entrée voire moyen de gamme. Elle dispose d’une solide puissance mais reste en retrait de la Xbox Series X. C’est aussi une console ne disposant d’aucun lecteur optique. Tout se fera en dématérialisé, ce qui est étrange. La XSS dispose en effet d’un faible espace de stockage: environ 500Go alors que la XSX hérite de 1To. Quant au prix, la Xbox Series S sera mise en vente à 299€.

Dès le 10 novembre, date de sortie des Xbox Series X|S, les consommateurs auront donc le choix entre deux modèles. Quel choix feront-ils? On ne sait pas. Comprendront-ils bien la différence entre ces deux consoles? Là encore, c’est l’inconnu. Quand on se renseigne un peu, la Xbox Series X est bien sûr la plus intéressante grâce à sa puissance et son lecteur de disque. Mais elle est surtout 200€ plus chère. Et ça, ce n’est pas anodin.

Deux consoles pour une même expérience next-gen?

Trois cents euros pour de la next-gen, ce n’est vraiment pas cher. C’est grosso-modo le prix des consoles actuelles. S’acheter une Xbox Series S, c’est passer à la next-gen sans douleur. Certes, visuellement, ce ne sera pas ce qui se fera de mieux, mais ce sera l’assurance de jouer à tous les futurs jeux, en profitant par exemple d’un SSD. On rappelle que ce support de stockage offre notamment des temps de chargement très rapides.

Dans son tableau comparatif, Microsoft vise à expliquer la différence qu’il y aura entre la Xbox Series S et la Xbox Series X. La première citée vise le 1440p à 60FPS. La seconde essaiera de proposer de la 4K à 60FPS. En soi, chaque développeur est libre de viser les spec’ qu’il souhaite, que ce soit au niveau de la résolution ou de la framerate. Et si le 30FPS est si populaire sur console, pour faire simple, c’est parce qu’il permet de mettre le paquet sur les graphismes.

Le fait est que la Xbox Series X et la S seront vraiment différentes. Il n’existe encore aucun comparatif vidéo. Mais on sait d’ores et déjà que les jeux ne tourneront pas de la même manière. Gearbox a ainsi prévenu que la mise à jour de Borderlands 3 sur Xbox permettrait de jouer en 4K à 60FPS, uniquement sur la Series X. Sur la S, c’est l’inconnu.

Plusieurs développeurs ont réagi à la suite de l’annonce de la Xbox Series S. Et il y a de tout. Chez id Software, on confirme que cette machine fait mieux que les consoles actuelles, mais on aurait préféré plus de mémoire. Même son de cloche chez Remedy où il faudra faire des concessions, sans doute sur la résolution. Chez les créateurs de Trevor Saves The Universe, on ne comprend pas en revanche ce choix de proposer deux consoles distinctes.

Et n’oublions pas que les premiers jeux de la Xbox Series X|S seront aussi sur Xbox One, c’est-à-dire cross-gen. Ce doit être un vrai casse-tête d’optimisation.

Un lancement sans jeu marquant

Les Xbox Series X|S seront commercialisées le 10 novembre. C’est un lancement qui sera intéressant à suivre car auprès du grand public, il y aura sans doute une forme de confusion. Series X et Series S, ce n’est pas très parlant. Dire que l’une est plus puissante que l’autre, ça jette un froid sur la plus faible. Et on espère pour Microsoft que sur les étals, il n’y aura pas en plus des consoles Xbox One S et Xbox One X.

Le véritable souci que pourrait rencontrer Microsoft, c’est l’absence d’exclusivité forte. Gears Tactics, c’est sans doute un jeu très sympa’, mais ce n’est pas une killer-app. Même s’il n’a pas impressionné en juillet dernier, Halo: Infinite aurait fait beaucoup de bien à la Xbox Series X|S. Le fait est qu’il ne sera pas l’ambassadeur de cette machine. A la place, il va retourner en développement pendant plusieurs mois histoire de se faire beau.

En 2021, sur Xbox Series X|S, il y aura donc Halo et Forza MotorSport. C’est déjà un très joli line-up. Mais pour cette fin d’année 2020, il faudra se contenter des éditeurs tiers. C’est déjà pas mal puisque dans le tas, il y a Assassin’s Creed Valhalla, DIRT 5, Watch Dogs Legion ou Cyberpunk 2077. Ces jeux seront toutefois également disponibles sur PlayStation 5. Dès lors, la Xbox Series X|S risque de manquer de personnalité. A moins que la vérité soit ailleurs.

Le Game Pass reste le meilleur argument de la Xbox Series X|S

En fait, Microsoft n’a pas vraiment besoin d’exclusivité pour le lancement de la Xbox Series X|S. Bien sûr, ça aurait été mieux avec, mais en soi, le Xbox Game Pass suffit.

Le Xbox Game Pass, dans sa version Ultimate, c’est cet abonnement au prix de 12,99€ par mois. Ce service offre alors accès à un très large catalogue de (très bons) jeux sur PC et Xbox. Il inclut également l’abonnement au Xbox Live Gold —indispensable pour jouer en ligne— et du cloud gaming sur téléphones et tablettes Android.

Tous les jeux Xbox Game Studios arrivent Day 1 sur le Xbox Game Pass.

Mais ce n’est pas tout. Microsoft a aussi annoncé que le Xbox Game Pass intégrerait prochainement l’EA Play, sans surcoût. Le service d’Electronic Arts est une sorte de mini-concurrent au Game Pass, principalement constitué de jeux de l’éditeur américain. Ce ne sont pas les titres les plus récents, mais on retrouve les jeux de sport de l’an dernier, Battlefield V, Need For Speed Heat, Star Wars Battlefront II

Cela signifie que pour le prix de deux jeux par an, chaque abonné aura accès à un immense catalogue de jeux Xbox, en provenance de différents éditeurs, dont EA. Et n’oublions pas que chaque exclusivité Microsoft arrive le jour même de sa sortie dans le Xbox Game Pass. Petit rappel: le constructeur américain possède une dizaine d’équipes.

Le Xbox Game Pass, c’est ce qui se rapproche le plus du Netflix du jeu vidéo. Il y a des productions un peu faible, mais il y a sans cesse des titres accrocheurs qui sont ajoutés. Sur Xbox, le Game Pass est presque devenu un indispensable… à condition de consommer énormément. Pour les joueurs très occasionnels, cet immense contenu peut effrayer.

A quoi joue Microsoft?

Game Pass, xCloud, Xbox Series X|S… Microsoft joue sur tous les tableaux. Dans ce genre de situation, il est alors normal que l’on assiste à des situations un peu étrange. Il y a ces deux consoles qui remettent en cause la notion même de next-gen. Cette volonté de miser davantage sur un catalogue de jeux plutôt que des titres précis. On peut aussi évoquer ces exclusivités qui sortent à la fois sur PC et consoles. Ou bien le xCloud qui permet de jouer à tout sur mobile. Dans cette situation, à quoi bon s’acheter une machine à 500€?

Microsoft veut en fait recruter des joueurs Xbox. Et qu’importe s’ils jouent sur PC, console ou mobile. Le constructeur américain vise ainsi très large. Il a les armes pour toucher le plus grand public possible. Son offre Xbox All Access va dans ce sens. Celle-ci permet de payer à crédit une console et le Game Pass. Pour la Xbox Series S, ce sera 25€/mois pendant deux ans.

En théorie, en mettant ses pions un peu partout, Microsoft a tout pour dominer, pour être le roi de la next-gen. Ce n’est pas si simple. Le marché du jeu vidéo est compliqué, étrange, curieux. Microsoft, Sony et Nintendo avancent à leur rythme. Ce sont des concurrents, mais comme le dit si bien GamesIndustry, nous sommes dans une situation où chacun pourrait finir gagnant.

Après tout, Nintendo continue de miser sur Mario et ça cartonne. La Switch va encore connaître un immense succès en cette fin d’année. Avec la PlayStation 5, Sony a une approche très traditionnelle des consoles, voire rassurante. L’expérience PlayStation, c’est notamment des exclusivités de choix. Dans la fenêtre de lancement de la PS5, on devrait retrouver Marvel’s Spider-Man Miles Morales et Ratchet & Clank Rift Apart, de quoi assurer de belles ventes.

Quand on fait le bilan, Microsoft mise tout sur le Xbox Game Pass. Pour ça, il est prêt à tout, quitte à accepter que ce service ne soit pas très rentable. Mais l’Américain vise le long terme. Tout ce qu’il a fait ces récentes années vont dans ce sens. La stratégie actuelle, aussi. Ces efforts paieront-ils? C’est la grande inconnue car le marché du jeu vidéo et ses consommateurs sont imprévisibles. On se rappelle qu’en 2013, beaucoup prévoyaient un échec des PS4 et Xbox One à cause du mobile. Et d’ici 2021, un nouvel acteur pourrait se lancer dans la bataille: Amazon. La guerre des consoles est un long feuilleton bourré de rebondissements qui ne prend jamais fin…