Accueil Jeux Vidéo PS NOW: Sony met enfin en avant son Cloud Gaming

PS NOW: Sony met enfin en avant son Cloud Gaming

Le Cloud Gaming, c’est l’avenir, et Sony l’a semble-t-il enfin compris en revoyant les tarifs de son PlayStation Now.

Le jeu des chaises musicales inquiète un peu, mais qu’importe, Sony continue de mener sa barque. La PS4 signe des performances exceptionnelles, la PS5 est dans les tuyaux, et le cloud gaming est enfin mis en avant. Cela fait près de 6 ans que le PlayStation Now existe mais on a néanmoins l’impression que ce service n’a jamais vraiment décollé. Aux dernières nouvelles, on comptait 700 000 abonnés. C’est peu. Il faut que ça augmente, alors Sony revoit complètement sa stratégie et se montre même agressif.

Le PS NOW baisse de prix

Oui, la PS5 aura un lecteur optique. Mais non, ce ne sera pas le seul moyen pour jouer aux derniers jeux à la mode. Le Cloud Gaming représente l’un des avenirs du jeu vidéo. Il en faut pour tout le monde: ceux qui aiment le démat, le physique et le cloud. Le PS NOW est clairement amené à grossir avec le temps.

Pour conquérir plus de joueur, le PS NOW revoit ses prix à la baisse. Il en coûte désormais 9,99€/mois, 24,99€/trimestre ou 59,99€/an.

A titre de comparaison, il fallait autrefois débourser 15€/mois ou 100€/an pour profiter de ce Cloud Gaming. Il s’agit donc d’une réduction de près de 40%, ce qui est colossal. Mais ça signifie aussi que pour générer autant de revenus qu’auparavant, il va falloir beaucoup recruter.

Sony a débloqué un joli petit budget pour cette pub dédiée au PS NOW.

Le catalogue PS NOW continue de s’enrichir. Près de 700 jeux sont déjà disponibles, que ce soit des titres PS2, PS3 ou PS4. Jusqu’au 2 janvier 2020, on retrouvera notamment God of War, Grand Theft Auto V, inFamous Second Son et Uncharted 4: A Thief’s End. Il s’agit de quelques-uns des meilleurs jeux de la PS4. On se demande toutefois pourquoi ces titres devraient quitter le PSNOW après seulement 3 mois de disponibilité. Que l’accord avec Take Two pour GTA soit de 180 jours, ok, mais pourquoi les jeux First-Party, donc financés par Sony, ne sont pas amenés à rester indéfiniment?

Le Cloud Gaming, c’est aussi le Remote Play

Le PS NOW est à la fois disponible sur PC et PlayStation 4. A terme, il devrait débarquer sur de nombreux supports différents. On notera que la magie du Remote Play permet aussi de jouer à des jeux PS4 sur son smartphone. On rappelle que le Remote Play consiste à allumer sa PS4 à distance puis à streamer sur un écran directement sa partie. Grosso-modo, c’est être au travail le midi, se connecter, via un smartphone, à sa PS4 située dans le salon de son appart, puis de continuer sa partie de Borderlands 3 ou de n’importe quel jeu que l’on possède.

C’est quand même mieux de jouer à God Of War à la manette qu’avec un écran tactile.

La PSVITA l’a fait pendant de nombreuses années mais elle appartient au passé et le manque de vraie gâchettes gênait dans certains titres. Pour palier ce problème, on peut désormais brancher en bluetooth sa manette Dualshock 4 sur son smartphone. Ce n’est pas si anodin si Sony a sorti ce lundi un tuto expliquant comment brancher sa manette PS4 sur son iPhone, iPad, Apple TV ou Mac.

La guerre Stadia, xCloud et PS NOW ne fait que commencer

Sony essaye de se placer au mieux dans cette future guerre du Cloud Gaming. Il faut comprendre l’acteur japonais: il a dégainé en premier mais désormais, tout le monde ne parle que du xCloud qui n’est même pas encore disponible. Et lorsque le service de Microsoft sortira et fusionnera avec le Xbox Game Pass, ça fera mal.

Toujours donner le choix. Toujours.

Cela fait néanmoins un petit bout de temps que Sony prépare le terrain. L’offre PS NOW avait ainsi déjà évolué, il y a quelques mois. Désormais, ce n’est plus simplement du Cloud Gaming. A condition d’utiliser ce service sur PS4, il est maintenant possible de télécharger les jeux directement sur son disque dur. C’est plutôt une bonne idée pour ceux qui ont peur que leur connexion les lâche en pleine partie. Tout est une question de choix au final. Il faut donner aux consommateurs le plus d’options possible et c’est aussi comme ça que l’on touche un public encore plus large.