Home Jeux Vidéo Souvenirs : Quand Metal Gear Solid V et Kojima rataient leur mission...

Souvenirs : Quand Metal Gear Solid V et Kojima rataient leur mission finale

1792
1

Clap de fin pour la PS4 et la Xbox One. Durant sept ans, il se sera passé beaucoup de choses. Plusieurs ont un lien étroit avec Hideo Kojima : Metal Gear Solid V, Silent Hills, Konami… Retour sur des histoires d’amours qui se sont toutes mal terminées.

Metal Gear Solid V : The Phantom Pain reposait sur une belle promesse : boucler la boucle, mettre fin à une immense saga du jeu vidéo. Que reste-t-il au final? Beaucoup de regrets. On a déjà écrit sur ce jeu désespérément inachevé. Oui, il propose un gameplay fabuleux. C’est un excellent jeu d’action-infiltration en monde ouvert. Il lui manque en revanche tout ce qui faisait la force des Metal Gear.

« Le lien manquant de l’histoire », ce qui n’est pas vrai, hélas.
Metal Gear Solid V : The Phantom Pain, un chef d’oeuvre incomplet

On ne va pas revenir sur tout ce qui ne va pas dans MGS V : absence de boss marquants, fin cachée sur un DVD bonus… On pourrait aussi évoquer plusieurs scènes aperçues dans les trailers qui ne sont pas dans le jeu final.

Souvent, on est déçu car on a placé de trop grandes attentes dans un titre. Mais là, c’est différent. The Phantom Pain est un excellent jeu vidéo mais pas un bon Metal Gear. Il se rate sur ce qui devait être une évidence… en plus de ne pas réaliser ce qu’il avait promis initialement.

C’est un fait: Metal Gear Solid V The Phantom Pain est un jeu inachevé et ne parvient pas à conclure la saga. Cela témoigne sans doute d’un développement qui n’a pas été de tout repos. On évoque d’ailleurs un budget qui aurait complètement explosé. C’est sans doute l’un des éléments qui explique le divorce entre Hideo Kojima et Konami, alors que la société japonaise se disait être de plus en plus séduite par le jeu mobile. Cela peut se comprendre : les investissements sont beaucoup plus faibles dans ce secteur, tandis que les gains restent élevés.

Silent Hill, victime de la dispute entre Kojima et Konami

Hideo Kojima et Konami se sont quittés après 29 années ensemble. Leur séparation a fait une victime : Silent Hills. Le jeu a été officiellement annulé en avril 2015. Avec l’aide Norman Reedus, Guillermo del Toro et Junji Ito, Hideo Kojima prévoyait de sortir un reboot de cette saga, elle aussi mythique.

P.T. a été délisté du PlayStation Store par Konami. Que reste-t-il alors de Silent Hill sur cette génération PS4Xbox One ? Pas grand chose.

Tout avait pourtant bien débuté. Le jeu avait été annoncé à la surprise générale à la Gamescom 2014. Une démo, appelée P.T. pour Playable Teaser, avait été mise en ligne sur le PSN à l’issue de la conférence de Sony. Personne ne savait que ce serait un reboot de Silent Hill par Kojima. Et personne ne se doutait que le jeu ne verrait jamais le jour.

Hideo Kojima est passé à autre chose

Il faut se faire une raison : Metal Gear et Silent Hill, c’est fini. Du moins, pour le moment. Il y a sans cesse des rumeurs qui évoquent de nouveaux reboots ou remakes mais à l’heure actuelle, rien n’a été officialisé. On n’aura sans doute jamais ce MGS qui doit faire le lien entre Peace Walker et le premier épisode, datant de 1987. Et Silent Hill semble destiné à ne jamais revenir.

De son côté, Hideo Kojima rapidement tourné la page Konami. Il a trouvé refuge chez Sony qui a accepté, les yeux fermés, de financer Death Stranding en échange d’une exclusivité console. Ce jeu est sorti il y a tout juste un an et… on ne sait pas s’il a vraiment fonctionné. Il faut dire que c’est un jeu particulièrement étrange. On aime ou on déteste, mais il n’y a pas de juste milieu. Il faut accepter l’idée de marcher des heures au milieu de paysages magnifiques, tout en suivant un scénario qui part dans tous les sens.

Norman Reedus est sur la pochette de Death Stranding. Ce n’est toutefois pas son nom qui sera mis en avant mais plutôt celui d’Hideo Kojima.

Commercialement, on serait tenté de dire que Death Stranding n’a pas été un si grand succès. Sony n’a jamais communiqué de chiffres et le jeu a disparu des charts en un mois à peine. Sur Steam, où il est disponible depuis le 14 juillet 2020, il se classe tout de même parmi les jeux ayant généré le plus d’argent. Il est ainsi dans la catégorie Bronze aux côtés de Football Manager 2021 ou Marvel’s Avengers.

Quel avenir pour Hideo Kojima, Silent Hill et Metal Gear?

Depuis plusieurs mois, Hideo Kojima est redevenu discret sur ses réseaux sociaux. Il travaille sur son nouveau projet et son studio recrute activement. Difficile de dire de quoi il s’agira et qui éditera ce titre. Et lorsqu’on aura ces réponses, ce sera forcément un événement car Hideo Kojima est l’une des seules Rockstar du jeu vidéo.

Du côté de Konami, il y a eu une tentative de relancer Metal Gear en 2018 avec Survive. C’est un jeu intéressant qui, avec des ambitions très mesurées, essayait de surfer sur la vague des jeux de survie multijoueur. Mais le fait est que Konami ne croit plus aux AAA.

L’âge d’or de Metal Gear et de Silent Hill remonte finalement à la PS2. Peut-être que Konami, à sa manière, souhaite tirer un trait sur cette époque. Il a même décidé de changer de moteur pour PES, alors que ce celui-ci utilisait le FOX Engine, bâti pour MGS V.

Il se dit que si Metal Gear et Silent Hill devaient revenir, Konami ne serait pas à la baguette. A la place, l’éditeur japonais ne ferait que louer ces licences. Pour Silent Hill, beaucoup de studios seraient capables de lui offrir une seconde jeunesse. En revanche, Metal Gear peut-il connaître un épisode majeur inédit sans Hideo Kojima?

1 COMMENT

Comments are closed.